Ce n’est plus un secret pour personne, les abeilles sont en grand danger. Chaque jour, nous nous rapprochons de leur extinction avec comme premier responsable nos pesticides. Le 5 février dernier, l’Anses a publié un avis très attendu sur l’encadrement de l’utilisation des pesticides en présence d’abeilles. Et ce dernier est des plus alarmants : il démontre toute notre inefficacité pour protéger les abeilles des pesticides, et appelle lourdement à revoir notre réglementation. Explications.

Une réglementation totalement dépassée

Depuis plusieurs années, des dizaines d’études nous prouvent de manière régulière que le déclin des abeilles est un phénomène constant et qui s’accroit. Cet hiver, ce serait près d’un tiers des colonies d’abeilles qui sont mortes, d’après l’Union nationale de l’apiculture française (UNAF). Leur étude se base notamment sur plus de 14 000 apiculteurs qui ont accepté de répondre aux questions, et de témoigner.

Pour les exploitations ayant au moins dix colonies, le taux de mortalité dépasse même les 35 %. Un chiffre astronomique, qui varie plus ou moins selon les régions, sans vraiment pouvoir distinguer de tendance. Le phénomène est donc globalisé et généralisé. C’est d’autant plus alarmant que les ruches connaissaient, ces dernières années, un taux de mortalité de 30 % sur toute l’année, et pas seulement sur la saison hivernale.

Selon l’UNAF, la réglementation actuelle censée protéger les abeilles est en cause. Les pesticides ne sont en rien limités et elle est devenue totalement obsolète. Ainsi, les chercheurs expliquent qu’il faudrait commencer par revoir totalement, avec un œil nouveau cette réglementation. C’est vital dans notre lutte pour la préservation des abeilles.

Comment se porte la production de miel en France ?

Si nous devions donner un nom à un agent responsable de ce désastre, ce serait les néonicotinoïdes. Ces molécules sont désignées responsables car elles s’attaquent au système nerveux des insectes et déciment des colonies entières. Les apiculteurs français estiment même qu’elles sont responsables de l’effondrement de la production de miel nationale.

Il faut savoir que la France n’assure plus les besoins de ses consommateurs depuis quelques années. Elle a besoin de recourir à des aides extérieures, car la production s’est totalement effondrée entre 1995 et 2017, de l’ordre de 32 000 tonnes à 10 000 tonnes. Les solutions d’aujourd’hui pour pallier la demande sont l’importation ou encore couper notre miel avec du sirop de sucre.

Quelles réactions ?

Nous pourrions commencer cette dernière partie par une bonne note, tout de même : le tribunal de l’Union européenne a validé des restrictions imposées à trois néonicotinoïdes, sur le territoire européen. Et en plus de cette décision majeure, nos instances européennes ont interdit dès septembre toute interdiction de molécules de cette famille en France ! Malheureusement, des dérogations sont possibles jusqu’en 2020, alors les conséquences ne se verront pas tout de suite.

Du côté du ministère de l’agriculture, il a déjà annoncé depuis juillet 2018 une aide de 3 millions d’euros destinée aux apiculteurs qui sont touchés par la mortalité accrue des abeilles. Ces millions serviront notamment pour la prospérité de nouveaux essaims, mais les effets tardent déjà à se montrer visibles et efficaces.

L’UNAF crie à une plus grande compréhension du phénomène par les instances majeures afin de mettre en place, à l’échelle nationale mais également internationale des mesures et réglementations concrètes et claires pour endiguer ce phénomène catastrophique. Les abeilles ne sont pas les seuls insectes touchés par ce pesticide, les autres pollinisateurs comme le bourdon en est largement victime. Si rien n’est fait, les conséquences sur l’environnement et les écosystèmes seront totalement inédites.

© Wikipedia – Skinkie

Pensez-vous que cette étude alarmante changera la donne sur la mortalité des abeilles ?

COMMENTEZ
4

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
3 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
sebDuboisGachePatrick petereyns Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Patrick petereyns
Invité
Patrick petereyns

rien ne va changer; Macron reçoit des financements de Bayer;et les exploitations agricoles vont continuer à répandre du poison:rentabilité avant tout, l’écologie on s’en moque; donc l’argent va continuer à tuer les abeilles

Dubois
Invité
Dubois

Plus d’abeilles, plus de vie !