3 raisons de voir My Friend Dahmer, le film sur l’adolescence de l’un des pires tueurs en série

Inspiré d’une histoire vraie, My Friend Dahmer revient sur la terrifiante adolescence de Jeffrey Dahmer, tueur en série américain ayant assassiné 17 personnes entre 1978 et 1991. Un film qui relate la lente descente aux enfers d’un jeune homme qui a laissé ses instincts destructeurs prendre le contrôle de sa vie… Il est disponible dès aujourd’hui sur la plateforme E-cinema.

 

Inspiré d’une histoire vraie… et d’un roman graphique

Arrêté en 1997 et condamné à 957 années de prison pour le meurtre de 17 jeunes hommes, Jeffrey Dahmer était dans les années 1970 un adolescent – presque – comme les autres. Il était mal dans sa peau, solitaire, introverti… mais personne ne pouvait vraiment prévoir sa lente descente dans les arcanes de la folie.

Lorsqu’il était encore sur les bancs du lycée, juste avant qu’il ne devienne le sinistre « cannibale de Milkwaukee », Jeffrey partageait ses cours avec Derf Backderf, un ami pour qui l’excentricité du futur tueur n’était qu’un simple aspect de sa personnalité. Des années plus tard, alors qu’il buvait tranquillement un café, la femme de Derf l’appelle et lui apprend la nouvelle : « Un type a tué un paquet de gens dans le Wisconsin ! Son appartement était rempli de cadavres ! Il avait des rapports sexuels avec les cadavres… et parfois il les mangeait ! Il était dans ta classe ! ».

Pour Derf Backderf, c’était une évidence : il devait faire de ses jours partagés avec le tueur un roman graphique. Intitulé « My Friend Dahmer », c’est celui-là même qui a été adapté par Marc Meyers, à l’origine du film éponyme à visionner dès aujourd’hui. Un film surprenant qui retrace donc les origines d’un tueur en série horrifiant.

 

Une interprétation incroyable

Dans le rôle-titre ? Ross Lynch. Si son nom ne vous dit rien, on lui a pourtant décerné 4 Kids Choice Awards en 2013, 2014, 2015 et 2016 pour son rôle dans la série comique de Disney Channel « Austin et Ally ». Belle reconversion pour cet acteur habitué à un rôle destiné aux jeunes spectateurs. Il campe ici un adolescent perturbé, perdu au sein d’une famille composée d’une mère névrosée et d’un père absent.

« Mike Myers est très fidèle à la bande dessinée. Il relate la morne vie de Dahmer (fils négligé, élève méprisé), ses penchants morbides, son homosexualité refoulée », écrivait Étienne Sorin, un journaliste du Figaro. Tout le long du film, le réalisateur nous montre un adolescent passionné d’animaux morts, qu’il dissèque sans raison dans sa propre chambre, et s’amusant à simuler des crises d’épilepsie pour attirer l’attention de ses petits camarades.

Sa descente aux enfers y est relatée avec audace et précision : Jeffrey boit de plus en plus, perd ses amis, perd le soutien de sa famille… puis commence à tuer. Le pire ? C’est que personne n’a pu prévoir la catastrophe. My Friend Dahmer est un récit terrifiant qui nous fait également questionner sur nos propres comportements, et sur ce que chaque individu pourrait faire pour éviter à une personne de sombrer dans la folie.

 

Plébiscité par les critiques et exclusivement disponible sur e-cinema

Le Daily Geek Show vous avait déjà présenté ce programme de VOD. C’est aujourd’hui, le 2 mars, que My Friend Dahmer sort exclusivement sur E-Cinema, une plate-forme qui privilégie les films indépendants, lauréats de festivals étrangers. E-Cinema préfère ainsi mettre en avant la qualité des films plutôt que leur potentielle rentabilité.

Et visiblement, la plate-forme a encore déniché une belle petite pépite ! Les critiques sont d’ailleurs unanimes : Vanity Fair qualifie My Friend Dahmer de « perturbant », la revue Rolling Stone estime que le film est « à couper le souffle », Los Angeles Times le caractérise comme une oeuvre « intrigante, drôle et terrifiante »… Pas étonnant donc que le film recueille un beau 83 % sur le site Rotten Tomatoes, spécialisé dans la notation d’oeuvres cinématographiques ! My Friend Dahmer est donc à voir dès aujourd’hui sur la plate-forme E-Cinema.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux