3 bonnes raisons d’aller voir Venom, la première adaptation de l’ennemi légendaire de Spider-Man

Après l’araignée radioactive, voilà qu’un symbiote extraterrestre prend le contrôle d’un homme pour le changer en anti-héro. Comptant parmi les films les plus attendus de l’année, Venom débarque enfin au cinéma et voici 3 bonnes raisons de foncer dans les salles obscures !

 

PREMIÈRE POUR LE SYMBIOTE

L’univers de Spiderman est l’un des plus appréciés des fans de comics mais aussi l’un de ceux qui comptent le plus de méchants. Parmi les grands noms, certains ressortent comme le Docteur Octopus ou le Bouffon vert mais Venom fascine le public. Le symbiote qui permet de se glisser dans la peau de ce super vilain iconique a eu plusieurs porteurs cependant Eddie Brock (dont le film raconte l’histoire) est le plus emblématique de tous.

Anti-héros au costume noir, il a une histoire complexe, une puissance équivalente à celle de Spider-man mais un code d’honneur qui l’a rendu très sombre, n’hésitant pas à battre à plusieurs reprises l’homme-araignée. Si Spiderman multiplie les aventures sur grand écran, ce film sera une vraie première pour Venom mais aussi la première fois qu’un méchant tiré du Spider-verse aura son propre film.

 

DE GRANDS NOMS A L’AFFICHE DE CETTE ADAPTATION

Pour incarner à l’écran ce personnage complexe, le réalisateur Ruben Fleischer a fait appel à un habitué des rôles de méchant : Tom Hardy. Déjà habitué aux rôles forts (Bane dans The Dark Night Rises ou Max dans Mad Max : Fury Road), Tom Hardy se glisse ici dans la peau d’Eddie Brock avec aisance, comme si le costume de Venom était taillé pour lui. A ses cotés, Riz Ahmed (Rogue One, Les frères Sisters) et Michelle Williams (Shutter Island, The Greatest Showman) se partagent l’affiche.

 

UN ANTI-HEROS FACE AU PUBLIC

L’histoire d’Eddie Brock alias Venom compte parmi les plus sombres à cause de son passé, de ses motivations ou de sa violence. La retranscrire à l’écran est une mission difficile et l’anti-héros, aussi populaire soit-il peut lui aussi faire face à des critiques négatives.

Si une partie du public a boudé cette première adaptation de Venom, nous vous conseillons de vous rendre en salles pour vous faire votre avis et la découvrir car elle marque le début de l’ère des méchants du Spider-verse au cinéma.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux