Auteur inconnu / Wikipedia

En 1916, une pendaison totalement improbable a eu lieu dans le Tennessee. Suite à un malheureux accident, une ville entière va s’acharner sur un éléphant jusqu’à le pendre. Un fait-divers glaçant qui témoigne de la cruauté dont les hommes pouvaient faire preuve à l’époque.

UNE SOIF AVEUGLE DE JUSTICE

En 1916 dans le Tennessee, le cirque de Charlie Sparks n’est rien face au poids lourd de l’entertainment Barnum et Bailey, il fait même grise mine face à son rival local John Robinson. Sparks propose des tableaux vivants (très à la mode fin XIXe-début XXe) entre hommes et bêtes, quelques animaux savants, et fait de ses éléphants sa fierté, son fonds de commerce. Son éléphante Mary est simplement présentée comme « le plus grand animal terrestre qui existe », Sparks la vantait comme trois pouces plus grande que Jumbo, le pachyderme de P. T. Barnum – les rumeurs, alimentées soigneusement par son propriétaire, tournaient autour de l’animal, cinq tonnes et trente ans en 1916. 

Red Eldridge est engagé début septembre 1916 comme gardien de l’animal. Il a enchaîné les petits boulots, connaissait probablement peu les éléphants. Le 12 septembre, il est tué par l’animal à Kingsport, Tennessee ; les versions varient radicalement et sont difficilement vérifiables. Certaines dénotent une profonde peur toute puritaine du « réveil du Mal » en l’animal, d’autres une soif de sensationnalisme gore. Red Eldridge fut cependant tué, voici quelques versions reportant l’événement :

W. H. Coleman, jeune homme de 19 ans se dit avoir été témoin de l’incident après la représentation de Kingsport. Eldridge est alors chargé de mener l’éléphant à un proche étang pour le laisser se prélasser avec d’autres animaux de cirque. À leur retour, l’animal aperçoit une demi-pastèque laissée sur le bord de l’étang, au moyen de son crochet il empêche Mary de se nourrir d’une moitié de pastèque laissée sur le sol. L’animal s’énerve, se saisit de la perche d’Eldridge, le prend par la hanche, et l’envoie contre un stand de boissons, dont un côté s’effondre. Coleman aurait pris Eldridge pour mort, mais voit Mary le rejoindre, s’appuyer sur sa tête qui devient bouillie. 

Voici la version d’un journal local, le Johnston City Staff, du 13 septembre 1916 : Mary aurait « enroulé sa trompe comme un étau autour du corps, soulevé celui-ci à trois mètres du sol avant de le précipiter sur le sol […] et de toute sa force bestiale aurait plongé entièrement ses défenses géantes dans le corps. L’animal a alors piétiné Eldridge à l’agonie comme dans un triomphe meurtrier, puis dans un coup soudain de son pied massif renvoie le corps dans la foule. »

UN ÉVÉNEMENT LOCAL

Un journaliste du Johnston City Press Chronicle suggère en 1936 l’hypothèse de l’ennui de l’animal qui, au moment où Eldridge vient le nourrir, l’aurait simplement frappé d’un coup fatal sur la tête. Enfin, une légende locale voudrait que l’autopsie de l’animal ait révélé une sévère infection dentaire de l’animal, qui aurait pu devenir fou à l’occasion d’un coup d’Eldridge. 

Dans un contexte où les villes locales veulent réduire les spectacles itinérants, une foule qui demande la mort de l’animal, et la réputation pénible d’un animal tueur, Mary devait être supprimée. Un forgeron local aurait tenté de lui tirer dessus à vingt reprises, sans grand succès. D’autres méthodes sont évoquées, comme le démembrement ou l’électrocution. La pendaison depuis une mât de forage est choisie, à Erwin. 

Plus de 2500 personnes auraient assisté à la mise à mort. Au moment de son élévation, la chaîne casse et l’animal dans sa chute se casse une hanche. Il est pendu à une chaîne plus solide, et son corps est laissé une demi-heure dans les airs. 

Aujourd’hui, il reste dans la ville des boutiques de souvenirs pour rappeler la mort de l’animal et la cruauté de l’époque (des rumeurs évoquent la possibilité de pendaisons d’hommes noirs, le même jour à Erwin, offrant un parallèle glaçant sur le « besoin de justice » de l’époque), ou, au choix, faire perdurer un commerce macabre. 

COMMENTEZ
2

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
2 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
SigotMounira Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Mounira
Invité
Mounira

Pardon mais c’est quoi cet article de merde traduit par Google trad? Ça n’a ni queue ni tête!!!

Sigot
Invité
Sigot

Si cette histoire est vraie je ne suis pas choqué rien n’a changé en 100 ans la cruauté est tjrs la même je suis écouré de voir l être humain aussi pourri avec les animaux