12 290 personnes connectées

Passez derrière les fourneaux avec J’aime les sushis, ce manga qui mêle romance et gastronomie

jaimelessushis-une2

Êtes-vous plutôt sushi ou éclair au chocolat ? C’est là toute la question qui divise le couple attendrissant du shojo manga J’aime les sushis publié aux éditions Delcourt. En effet, la jeune Hanayu est bien décidée à devenir Maître sushi au grand dam de ses parents, gérants d’une pâtisserie. Elle serait prête à tout pour ça, même épouser le fils d’un Maître sushi. Mais quand ce dernier veut lui-même devenir chef pâtissier, démarre un délicieux imbroglio !

De son nom original Mix Vegetable, J’aime les sushis est un manga d’Ayumi Komura, composé de huit tomes et publié initialement entre 2005 et 2007. Il met en scène Hanayu Hashitaba, lycéenne en section hôtelière. Cette dernière a une grande passion dans la vie : les sushis. Naturellement, elle rêve d’en faire son métier et de devenir Maître sushi, un professionnel qui excelle dans l’art de découper le poisson et de réaliser ces célèbres bouchées japonaises. Malheureusement, ses parents tiennent une pâtisserie de renom et comptent bien sur leur fille pour reprendre l’entreprise familiale…

jaime-les-sushis-hanayu

Seulement Hanayu n’est pas prête à l’entendre de cette oreille ! Maligne, elle met au point un plan ingénieux qui lui permettra d’accomplir son rêve. Elle se met en tête d’épouser Hayato Hyûga, un camarade de classe dont le père est un Maître sushi réputé. Seulement, le jeune homme voudrait devenir pâtissier. Autant dire que ces deux-là n’ont pas tout à fait la même conception de la cuisine ! Seulement Hanayu n’avait pas forcément prévu que les sentiments se mêlent à ses projets d’avenir…

Le premier volume installe tranquillement la trame de l’histoire et surtout nous dévoile les personnalités antagonistes de nos deux héros. Cela donne forcément lieu à des situations comiques mais au fil de la progression, les caractères s’étoffent et gagnent en profondeur. Hanayu, qui fréquente au départ Hayato juste par intérêt, va apprendre à pouvoir compter sur ce dernier pour l’épauler et construire petit à petit son avenir.

mix-vegetable-914076

J’aime les sushis reprend les ficelles classiques du shojo manga. Si au début Hanayu et Hayato ont du mal à se fréquenter, ils vont petit à petit se découvrir des sentiments réciproques. Bien évidemment, des bâtons viendront se mettre dans leurs roues avant que l’amour triomphe : leur avenir professionnel mais aussi leurs parents et un certain Maezawa, apprenti à la pâtisserie Ashitaba… Mais là où J’aime les sushis innove c’est que loin de proposer une banale histoire de lycéens, il mêle avec brio romance et gastronomie, sans jamais tomber dans l’excès. Le ton est léger mais le sujet abordé sérieux : doit-on suivre la voie qui nous est tracée ou bien suivre ses propres rêves même quand tout s’y oppose ?

Si la cuisine n’est qu’une partie de l’univers du manga, elle permet d’apprendre des petites choses sympathiques à son sujet. Vous aurez par exemple l’occasion de découvrir les différents types de couteaux qu’utilisent les maîtres nippons ou encore en quoi consistent les examens des sections hôtelières japonaises avec la mémorable scène de la découpe des rondelles de concombres. Les dessins de plats sont vraiment très réussis et réalistes grâce à des effets de trames subtils.

jaimelessushis-couteaux

 

J’aime les sushis est un manga frais et divertissant qui ravira autant les amateurs de shojo que les gourmets. La situation des deux protagonistes donne lieu à des scènes comiques mais sans jamais tomber dans l’excès. Le dessin est agréable et fait la part belle à des plats qui vous mettront l’eau à la bouche. La relation attendrissante entre Hanayu et Hayato se développe au fur et à mesure de ces huit tomes qu’on dévore aussi vite qu’un bon plateaux de makis !

Ces articles vont vous plaire

— @DailyGeekShow

Onze est la contraction de “undecim” en latin, qui signifie “dix et un”