12 038 personnes connectées

Décryptez l'avènement de la fantaisie sur grand écran, ce genre cinématographique qui a marqué le XXe siècle

Le film fantastique et de science-fiction remonte à l’aurore du septième art avec les oeuvres de Georges Méliès au début du XXe siècle. Si les éléments fantastiques n’ont jamais eu de mal à s’introduire dans le monde du cinéma, il a fallu attendre des décennies avant d’avoir des films respectant les codes de la fantasy sans flirter avec la science-fiction ou l’horreur. De nos jours et grâce à des franchises à la popularité gigantesque, le genre n’a plus à se cacher et vit ses plus belles heures.

 

Qu’est-ce qu’un film qui se catégorise dans le genre de la fantasy ? Le terme anglais utilisé dans la littérature partout dans le monde se greffe également au cinéma, mais dénote moins de séparation avec le fantastique en général. Du moins, c’était surtout vrai jusqu’aux années 80. Un film fantastique est avant tout un film où les personnages vivront dans un monde imaginaire et traverseront des expériences qui vont au-delà de ce que l’humain peut connaître dans le monde naturel. La frontière avec le rêve est mince et pour quelques heures, le spectateur plonge dans un univers de guerres épiques, de magie et de dragons, de fées et de sorcières. Pendant quelques heures, le spectateur croit en la magie.

cs-fantasy-willow

Cela dit, croire en la magie était aussi l’effet que pouvait avoir le cinéma dans ses premières heures. Le principe prédate cependant largement le grand écran et vient du folklore et des mythologies d’à travers le monde qui, par leurs histoires transmises au fil des millénaires, ont scellé des archétypes qui correspondent aux personnages que l’on retrouve dans les films de fantasy. La quête initiatique du héros, son expérience mystique, l’aide d’un guide, etc. Tant d’éléments qui découlent de la mythologie et qui sont les tenants d’une structure narrative que l’on retrouve dans la littérature aussi bien qu’au cinéma.

En somme, l’homme parle de dragons, de magie et de tapis volants depuis des millénaires et il n’y avait donc aucune raison que cela s’arrête. Pourtant, l’étrange et l’imaginaire a connu ses heures de gloire avec le genre de l’horreur dans les années 20 et 30, notamment en s’inspirant de monuments littéraires comme Dracula et Frankenstein, puis dans les années 60 et 70 avec la science-fiction, qui avait commencé à planter ses graines deux décennies plus tôt avec les histoires des magazines pulp. L’élément qui fit émerger les films de fantasy au cinéma, c’est le mouvement de Donjons et Dragons. Le jeu vidéo, le cinéma, la littérature, tous les genres doivent énormément à ce nom mythique.

cs-fantasy-neverending

Ainsi apparaissent dans les années 80 des films mélangeant fantastique et film d’aventure. On ne parle plus de cape et d’épée, mais de magie et d’épée. Matthew Robbins (ayant récemment écrit Crimson Peak) signe en 1981 Le Dragon du lac de feu, qui pour le coup, ne manque pas sa cible avec une compagnie de héros cherchant l’aide d’un vieux magicien pour occire un terrible dragon à qui le roi livre des jeunes vierges pour l’apaiser. Cela dit, le dragon ayant marqué les années 80, c’est sans aucun doute Falkor, la figure emblématique de L’Histoire sans fin, réalisé par Wolfgang Petersen d’après le livre du même nom écrit par Michael Ende deux ans plus tôt.

Avant un petit vide dans les années 90 marquées par les films d’action, les spectateurs découvrent Willow de Ron Howard (et coécrit par George Lucas). On nous y raconte la prophétie d’une princesse qui viendrait vaincre une reine maléfique. Le destin du monde va se retrouver dans les mains de Willow, un fermier sans histoires qui s’intéresse d’un peu trop près à la magie. L’avènement du film fantasy est bien entendu arrivé en 2001 grâce à l’adaptation de l’oeuvre de J. R. R. Tolkien, Le Seigneur des Anneaux, par Peter Jackson. Une oeuvre intemporelle qui réussit l’exploit de laisser une trace presque aussi grande sur l’histoire du cinéma que les livres sur la littérature. Les deux genres restent intimement liés puisque l’autre grand succès des années 2000 est bien entendu Harry Potter, qui dépoussière le fantastique et popularise la magie chez les petits comme les grands.

cs-fantasy-lotr

Malgré ses codes provenant de mythologies millénaires, le genre du film de fantasy comme on l’entend aujourd’hui n’est réellement apparu qu’à la suite du succès de Donjons et Dragons. Comme le cinéma avait popularisé l’horreur et la science-fiction en adaptant des oeuvres littéraires, c’est grâce à de grands noms comme Le Seigneur des Anneaux, Harry Potter ou encore Le Monde de Narnia que le film de fantasy a pu connaître son heure de gloire à l’aube du XXIe siècle.

Le basenji est le seul chien au monde qui n’aboie pas

— @DailyGeekShow