12 145 personnes connectées

6 DLC inoubliables qui vous permettront de prolonger l’expérience de vos jeux vidéo préférés

La nature même d’un DLC est critiquée depuis des années et souvent à juste titre. Mais il s’agit ici de faire l’inverse. Malgré tous les problèmes que les joueurs peuvent avoir avec le concept, il est indéniable que certains studios ont su faire des contenus additionnels des éléments indissociables des jeux auxquels ils se rattachent, leur popularité excédant parfois celle du jeu d’origine. SooGeek vous présente les DLC les plus marquants de ces dernières années !

 

Tiny Tina et la Forteresse du Dragon (Borderlands 2)

jv-dlc-tina

Une direction artistique soignée, beaucoup d’humour et une durée de vie satisfaisante, voilà ce qu’apporte le DLC qui met Tiny Tina à l’honneur. L’un des personnages les plus marquants et déjantés de la série vous transporte dans son imagination débordante. Le résultat ? Le joueur se retrouve dans un Borderlands transformé qui fait directement référence au jeu de rôle Donjons et Dragons. Magiciens, chevaliers, dragons, trésors et paysages incroyables vous attendent dans un univers complètement chamboulé par l’esprit de Tiny Tina. Le gameplay, lui, est toujours aussi addictif et l’histoire est faisable en plusieurs niveaux de difficulté. Le DLC fait maintenant l’unanimité chez les fans de Borderlands et est devenu un modèle à suivre pour les futurs contenus.

 

Citadelle (Mass Effect 3)

jv-dlc-citadel

Le cahier des charges de Citadelle était principalement de récupérer la confiance des fans de la série après la conclusion du troisième épisode qui fut décevant pour beaucoup d’entre eux. BioWare avait déjà prouvé pouvoir délivrer des DLC de qualité avec Mass Effect 2 et Citadelle fait encore mieux. La chose à faire pour contenter les fans était évidente : ramener tous les personnages que l’on adore dans une même mission. Et c’est exactement ce qu’il se passe alors que Shepard doit faire face à une menace bien particulière contre la Citadelle. Mais une fois que la mission est remplie, le DLC ne s’arrête pas là et offre une tout autre expérience en mettant en scène une fête où Shepard a l’occasion d’interagir avec ses camarades, de renouer avec d’anciennes connaissances et de poursuivre des relations qui avaient parfois débuté dans le premier épisode, des années plus tôt. Citadelle est un mélange d’action et de narration avec une pointe de fan service.

 

Dragonborn (The Elder Scrolls : Skyrim)

jv-dlc-dragonborn

Certains amateurs d’Elder Scrolls préfèrent encore Oblivion et encore plus restent éternellement attachés à Morrowind. Et si comme ses deux prédécesseurs, Skyrim n’est pas sans défauts, on ne peut nier la qualité et la richesse de ses DLC, en particulier Dragonborn. Avec une grande quantité de nouveaux objets, d’équipement, de personnages et de quêtes, le DLC se démarque encore plus des précédents Downguard et Hearthfire qui rallongeaient déjà considérablement la durée de vie. Et surtout, enfin la possibilité de monter sur le dos d’un dragon et de voyager vers de nouvelles contrées. Une histoire prenante nous embarque à la recherche des Livres Noirs qui permettraient de vaincre l’énigmatique prêtre-dragon Miraak. Une bonne histoire et un contenu gigantesque font de Dragonborn une acquisition essentielle pour tout amateur de la série.

 

Undead Nightmare (Red Dead Redemption)

jv-dlc-undead

Que ce soit dans les jeux ou les films, les zombies, c’est souvent une recette qui marche. Heureux du succès colossal de Red Dead Redemption, que ce soit auprès des joueurs ou des critiques, Rockstar décide de renverser la vapeur et de repenser tout l’univers du jeu en y ajoutant des morts-vivants. Ce ne sont plus les shérifs qui vous coursent à cheval, mais une épidémie qu’il vous faut combattre. Passer d’une narration dramatique de western à un semblant de survival horreur avec des zombies est assez déroutant, mais les deux ambiances s’accordent parfaitement et le DLC ne fait qu’ajouter au jeu d’origine sans le ternir. Captivant et addictif, Undead Nightmare offre des heures et des heures de gameplay. La qualité de ses missions éclipse même une partie de celles de Red Dead Redemption.

 

Vietnam (Battlefield : Bad Company 2)

jv-dlc-vietnam

Les DLC de FPS ne sont pas toujours flamboyants. Oui, c’est toujours bien d’avoir de nouvelles cartes sur lesquelles s’amuser, mais tout dépend encore de la qualité de ces dernières. DICE peut se vanter d’avoir su fournir des séries de DLC de qualité à travers les programmes Premium de Battlefield 3 et Battlefield 4. Malgré cela, rien n’égale la saveur de Vietnam pour Bad Company 2. Des cartes très bien construites, des armes inédites et emblématiques de l’époque et une ambiance sans précédant alors que Fortunate Son de Creedence Clearwater Revival se fait entendre en fond sonore. DICE a depuis fait des cartes toutes plus impressionnantes les unes que les autres, mais Vietnam avait le mérite de proposer une autre époque et un style totalement différent à un jeu qui se déroulait sinon dans le futur proche.

 

Burial at Sea (Bioshock Infinite)

jv-dlc-burial

La première partie du DLC fait plus dans la qualité que la quantité. La narration est incroyable (pas surprenant avec Bioshock), mais le temps de jeu est assez réduit pour le coût du contenu. C’est le seul bémol à une addition sinon indispensable à quiconque s’intéresse à l’univers de la série. L’épisode 2 est plus développé au niveau du gameplay tout en apportant une touche finale au puzzle de Bioshock. Le jeu nous met dans la peau d’Elizabeth et non de Booker, transformant le gameplay en jeu d’infiltration. Elizabeth est loin d’avoir l’arsenal ou la ténacité de son père, mais avec de la ruse et la nouvelle arbalète vous permettant de distraire les sentinelles, vous pourrez passer inaperçu. On retrouve l’émerveillement de notre première visite à Rapture tout en finalisant l’aventure des personnages d’Infinite. Burial at Sea est une conclusion magistrale pour une série qui l’est tout autant.

 

Le phénomène du contenu additionnel ne date pas d’hier et ne va certainement pas disparaître demain. Pourtant, il est souvent dérangeant de devoir débourser un peu de ses économies pour prolonger un jeu déjà acheté. En dépit de cela, ces exemples prouvent que le jeu en vaut parfois la chandelle et que de plus en plus de développeurs prennent la peine de soigner leurs DLC pour contenter les joueurs. Quel est le DLC le plus marquant auquel vous ayez joué ?

Avant d’être une femme politique, Angela Merkel était physicienne et chimiste

— @DailyGeekShow