Cette étude démontre que parler à un proche dans le coma l’aide à se réveiller plus rapidement

« Est-ce qu’il m’entend ? » Voilà une question récurrente que se posent bon nombre de proches d’un patient dans le coma. Aujourd’hui, il semblerait que nous ayons enfin la réponse. En effet, une étude vient de révéler que les personnes dans le coma avaient plus de facilité à reprendre conscience lorsqu’elles entendaient la voix de leurs proches. Une indication précieuse qui pourrait faire office de véritable thérapie. SooCurious vous en dit plus sur cette fabuleuse découverte.

Des chercheurs de l’université Northwestern ont récemment réalisé une étude en neuroimagerie sur des patients dans le coma. Leurs conclusions à la fin de leurs recherches sont étonnantes.

homme-coma-femme
Une femme au chevet de son mari via Shutterstock

En effet, les patients plongés dans le coma semblaient être réceptifs aux voix de leurs proches. Mieux encore : les médecins ont constaté une augmentation de l’activité cérébrale lorsqu’ils entendaient régulièrement leur famille leur raconter des histoires familières. La région impliquée dans la récupération des informations stockées dans la mémoire à long terme semble alors active et par là même, ces patients, une fois sortis du coma, retrouvent plus vite leurs repères, interagissent plus rapidement…

Leurs recherches consistaient à étudier pendant six semaines les comportements cérébraux de 15 patients plongés dans le coma suite à un traumatisme (cérébral). Grâce à l’IRMf ou imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, les scientifiques ont donc analysé l’activité cérébrale des patients pendant que des enregistrements d’histoires racontées par leurs proches étaient diffusés.

tunnel-homme
Un homme dans un tunnel via Shutterstock

Au final, les informations indiquaient que des points lumineux jaunes et rouges apparaissaient dans la région impliquée dans la récupération des informations stockées dans la mémoire à long terme et dans celle du traitement du langage. Le patient réagissait donc aux stimuli sonores, qu’il s’agisse de tintements de cloche comme de la voix de leurs proches. La principale auteure de l’étude a donc décidé de trancher, et de révéler si les sons anodins avaient le même impact sur ces patients que la voix de leurs proches. La chercheuse Theresa Pape a donc fait écouter d’autres sons, des tintements de cloche. Conclusion : les patients semblaient réagir à ces bruits mais l’activité cérébrale était bien moins importante que lorsque leurs proches leur parlaient.

La scientifique ajoute donc que « le fait d’entendre ces histoires racontées par les parents et les frères et sœurs joue un rôle pour stimuler les circuits cérébraux impliqués dans la mémoire à long terme ». Encore plus troublant, il semble que ces patients reprennent conscience bien plus rapidement que les autres. Comme l’explique Theresa, entendre ses proches « aide à déclencher la première lueur de conscience (…). C’est comme le fait de se réveiller d’une anesthésie. C’est le premier pas vers la récupération complète de la conscience ».

enfant-lit-maman
Une maman et son enfant à l’hôpital via Shutterstock

L’équipe de Theresa Pape a pu être suivie pendant l’étude, on vous laisse donc découvrir leurs recherches en images (et en anglais) :

Incroyable ! On espère que ces recherches aboutiront et aideront certains patients à sortir et se remettre plus facilement d’un coma. Pensez-vous que les personnes dans le coma se souviennent des évènements qui se passent lorsqu’ils sont inconscients ?


Le basenji est le seul chien au monde qui n’aboie pas

— @DailyGeekShow