Jusqu’où ira-t-il ? Trump vient de signer un décret autorisant la pollution des eaux

L’eau propre des Etats-Unis est menacée par Donald Trump. Le président américain vient de signer un décret visant à annuler et à réécrire la réglementation concernant la pollution des eaux américaines. Un décret qui vient annuler celui mis en place par Barack Obama mais qui ne pourrait voir le jour que dans quelques années. 

Une action qui annule celle de son prédécesseur

Le 1er mars, Donald Trump a signé un décret visant à annuler une règle instaurée en 2015 par le président Barack Obama en matière d’eau potable. Ce règlement environnemental avait pour objectif de donner au gouvernement fédéral le pouvoir de limiter la pollution dans les grands plans d’eau, les rivières, les cours d’eau et les terres humides.

Le règlement en question n’a toutefois pas été mis en place suite à un procès mené par l’American Farm Bureau Federation estimant qu’elle était néfaste aux agriculteurs pour obtenir un permis pour l’utilisation d’engrais près des fossés et des ruisseaux. Tombée dans l’oubli, Donald Trump l’a remise sur le devant de la scène avec l’intention de la supprimer pour la réécrire.

La réglementation sur l’eau potable existait-elle avant Barack Obama ? 

A l’origine, la loi sur l’eau potable a été promulguée en vertu de la Clean Water Act de 1972. Son objectif était d’élargir le pouvoir du gouvernement fédéral en ce qui concerne la réglementation de la pollution des petits ruisseaux et des cours d’eau qui s’écoulent dans de grandes étendues d’eau comme la baie de Chesapeake, le Mississippi et Puget Sound. La règle protège 60 pour cent des masses d’eau des États-Unis, y compris les zones humides.

Quel sera l’impact sur l’environnement une fois cette réglementation rédigée ?

Une fois la loi réécrite, celle-ci permettra entre autres aux développeurs de pétrole et de gaz, aux agriculteurs, aux fabricants de pesticides et d’engrais ainsi qu’aux propriétaires de terrains de golf de déverser leurs déchets ou d’utiliser des pesticides à proximité des réserves d’eau du pays. Cela représenterait d’ailleurs une bonne nouvelle pour les groupes cités car ceux-ci s’étaient à l’époque opposés à la réglementation instaurée de Barack Obama prétextant que celle-ci violait les droits des propriétaires et qu’elle était mauvaise pour l’économie.

Les conséquences sur la faune et la flore de la réécriture de cette réglementation pourraient être catastrophiques ; toutefois, elle ne sera pas appliquée rapidement. Le décret ordonne à l’Environmental Protection Agency de lancer le processus légal d’annulation mais aussi de réécrire cette règle appelée Waters of the United States. Un processus long et qui, selon le New York Times, ne pourrait voir le jour qu’une fois le mandat de Donald Trump terminé assurant ainsi aux opposants le temps de manifester et de trouver une solution pour empêcher son application.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux