Des chercheurs ont découvert un trou noir supermassif agissant comme une fontaine géante

Les trous noirs fascinent car ils incarnent l’un des phénomènes les plus fous observables au sein de notre galaxie. Et quand celui-ci est supermassif, il pique davantage la curiosité des scientifiques. Pour la première fois, un trou noir supermassif agissant comme une fontaine a été observé dans la galaxie Abell 2597, à plus d’un milliard d’années-lumière de la Terre.

 

LE SUPERMASSIF, UN TROU NOIR « RECYCLEUR » ?

En temps normal, un trou noir est composé d’un disque d’accrétion tourbillonnant aspirant une partie des gaz qui l’entourent. Les gaz non engloutis se dirigent vers ses pôles en produisant au passage des jets de plasma se déplaçant à une vitesse presque identique à celle de la lumière. Cette mécanique est toutefois légèrement différente si le trou noir est supermassif.

Alors qu’en temps normal, ils sont projetés vers l’extérieur du trou noir, dans un supermassif les jets retombent dans le disque d’accrétion. Cela alimente le trou noir générant au passage une nébuleuse filamenteuse dont la masse correspond à celle de 3 milliards de soleils.

© NASA

 

UN PHÉNOMÈNE JAMAIS OBSERVÉ ?

Le fonctionnement du trou noir supermassif est connu depuis de nombreuses années par les scientifiques, mais ce phénomène n’avait jusque-là jamais été observé en intégralité. Grant Tremblay, du Centre d’astrophysique Harvard-Smithsonian fait partie de ceux qui ont eu la chance d’observer le trou noir de la galaxie Abell 2597. C’est en 2016 qu’il a été observé pour la première fois mais ce n’est qu’il y a quelques temps que la totalité du phénomène s’est révélé.

« C’est peut-être le premier système dans lequel nous trouvons des preuves évidentes d’un apport de gaz moléculaire froid vers le trou noir, et d’un flux de jets sortant du trou noir. Le trou noir supermassif situé au centre de cette galaxie agit comme une pompe mécanique dans une fontaine ».

© Wikimédia / NASA

 

PAS SI INHABITUEL

Si l’observation de cette « fontaine » galactique est une première mondiale, ce type de formation serait en réalité très répandu dans l’évolution galactique. Les scientifiques ont, avec cette observation, une base de travail qui permettra d’étudier d’autres aspects de la galaxie.

Grâce à cela, il sera en effet possible de mieux comprendre comment se forment les étoiles, comment se nourrissent les trous noirs ou encore comment se déroule la vie d’une galaxie. Les travaux de l’équipe de chercheurs ont été publiés dans la revue Astrophysical Journal.

© Pixabay

La pyramide de Khéops est la seule des 7 merveilles du monde à être encore debout

— @DailyGeekShow