La société pharmaceutique américaine Regeneron a annoncé des résultats intermédiaires particulièrement prometteurs pour son vaccin passif contre le coronavirus, composé de deux anticorps neutralisants.

Des résultats intermédiaires prometteurs

Dans le cadre d’un essai américain ayant impliqué 409 sujets testés négatifs mais vivant avec une personne ayant contracté le virus, Regeneron Pharmaceuticals a constaté que son traitement expérimental, administré via une injection sous-cutanée, avait permis de prévenir 100 % des infections symptomatiques, et de réduire le nombre total des infections (symptomatiques et asymptomatiques) de 50 % par rapport au groupe témoin. Il s’est également avéré que celui-ci abaissait de façon significative la durée des infections ainsi que la charge virale détectée chez les patients.

Bien qu’il s’agisse de données partielles et que les résultats complets ne seront pas connus avant le second semestre 2021, la société espère que ce cocktail d’anticorps neutralisants contribuera à endiguer la propagation du virus et à réduire la gravité des infections, en ciblant les individus ayant été en contact ou vivant avec une personne testée positive au SARS-CoV-2. Jusqu’à présent, Regeneron a recruté plus de 2 000 personnes pour son étude, et son vaccin passif est actuellement testé par les services de santé britanniques dans au moins 174 hôpitaux.

Au cours d’une étude portant sur 1 035 patients, la firme pharmaceutique Eli Lilly avait de son côté constaté que son traitement combinant également deux anticorps réduisait de 70 % le risque d’admission à l’hôpital ou de décès chez les patients nouvellement diagnostiqués ou atteints de Covid-19 et susceptibles de développer une forme sévère de la maladie en raison de leur âge ou d’autres problèmes de santé.

Aucun des sujets ayant reçu le traitement à base d’anticorps de Regeneron n’a développé de symptômes — PhotobyTawat / Shutterstock.com

Une forme de vaccination passive permettant de protéger les personnes les plus vulnérables

Alors que les recherches se poursuivent, certains des anticorps développés par Eli Lilly et Regeneron sont actuellement autorisés par les autorités sanitaires américaines dans le cadre d’une utilisation d’urgence, pour les cas légers ou modérés de Covid-19 ne nécessitant pas de soins hospitaliers. Lorsqu’il avait contracté le virus l’année dernière, l’ancien président des États-Unis, Donald Trump, avait notamment reçu le cocktail expérimental de Regeneron.

Les traitements à base d’anticorps sont également testés afin de prévenir l’infection chez les personnes les plus vulnérables : une forme de vaccination passive visant à fournir directement des anticorps au patient plutôt que d’inciter son organisme à les fabriquer.

— Rido / Shutterstock.com

« REGEN-COV fournit une immunité passive immédiate aux personnes à haut risque d’infection, contrairement aux vaccins actifs, avec lesquels des semaines sont nécessaires pour obtenir une telle protection », a notamment déclaré George Yancopoulos, directeur scientifique de Regeneron.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de