Derrière l’invention du Coca-Cola se cache une tragédie méconnue

Derrière l’invention du Coca-Cola se cache une tragédie méconnue

Durant la majeure partie de sa vie, John Pemberton a combattu sa terrible addiction aux opiacés, contractée après qu’il ait été blessé gravement durant la Guerre de Sécession. Et c’est cette lutte quotidienne qui a permis l’invention de l’incontournable Coca-Cola, la boisson gazeuse la plus consommée au monde. Découvrez l’incroyable tragédie qui se cache derrière l’invention du Coca-Cola.

Les origines du Coca-Cola remontent à la fin du 19e siècle, avec un certain Docteur John Stith Pemberton, pharmacien et propriétaire d’esclaves qui a combattu aux côtés des forces confédérées durant la Guerre de Sécession.

PEMBERTON OBTIENT UN DIPLÔME DE PHARMACIEN

Juste avant de servir dans le troisième bataillon de cavalerie de l’État de Géorgie, Pemberton obtient un diplôme en botanique et pratique une médecine dite « thomsonienne« , créée par l’herboriste et phytothérapeute Samuel Thomson, censée débarrasser le corps humain de ses toxines. A l’époque, ces pratiques sont considérées avec énormément de suspicion et de méfiance, ce qui n’empêche pas Pemberton de populariser cette discipline à travers l’Est des États-Unis. L’homme obtient ensuite un graduate degree en pharmacie, peu de temps avant le début de la Guerre de Sécession, en 1861.

C’est pendant ce conflit que Pemberton va contracter une forte dépendance à la morphine, la véritable tragédie de sa vie. Durant la Bataille de Colombus en avril 1865, il est gravement blessé à la poitrine par un coup de sabre qui manque de le tuer. L’homme survit finalement, mais les stigmates de ces blessures le marqueront à vie. Pour limiter les douleurs qu’elles provoquent, les médecins lui proposent de la morphine, un puissant opiacé déjà utilisé à l’époque comme analgésique. Pemberton prend rapidement conscience qu’il va lui falloir combattre cette addiction, et c’est ainsi qu’il se met en quête d’un remède qui lui permettra de s’en libérer.

IL CHERCHE UN REMÈDE QUI LUI PERMETTRA DE SE LIBÉRER DE SON ADDICTION A LA MORPHINE

S’appuyant sur les connaissances qu’il a acquises durant ses années d’étude et de pratique, John Pemberton commence à travailler sur un breuvage qui lui permettra de se libérer progressivement de sa dépendance à la morphine. Il expérimente différentes formules à base d’herbes et de plantes, parmi lesquelles on retrouve les incontournables feuilles de coca, la matière première utilisée pour produire de la cocaïne. En 1885, il conçoit une boisson à base de vin français et de coca péruvien : le « French Wine Coca« , probablement inspiré par la recette du vin Mariani, un mélange de vin de Bordeaux et de feuille de coca mis au point en 1863 par le chimiste corse Angelo Mariani.

La ville d’Atlanta à la fin du 19ème siècle

LA PROHIBITION L’OBLIGE A REVOIR SA RECETTE

Sa boisson, vendue comme un antidépresseur, un analgésique et un puissant aphrodisiaque, permet à Pemberton de soulager sa dépendance aux opiacés, et rencontre un succès immédiat auprès du public. Malheureusement pour le pharmacien, le comté d’Atlanta impose la Prohibition en 1886, ce qui le force à revoir la recette de son breuvage pour ne pas perdre son juteux marché. Sa boisson comporte désormais 8,46 mg de cocaïne, et le vin qui lui servait de base est remplacé par un sirop sucré. Avec l’aide de son ami de longue date Willis E. Venable, Pemberton la rebaptise Coca-Cola.

Cinq mois avant la naissance officielle du Coca-Cola, le pharmacien fonde la Pemberton Chemical Company. Son breuvage, désormais vendu dans les officines les plus importantes d’Atlanta comme une boisson rafraîchissante, connait un franc succès. Fait insolite : il aurait normalement dû être vendu à des fins médicinales si ses inventeurs n’avaient pas ajouté accidentellement de l’eau gazéifiée au mélange. La Prohibition est officiellement annulée en 1887, et l’homme décide de reprendre la production de son French Wine Coca.

RUINÉ ET DE NOUVEAU TOXICOMANE, PEMBERTON MEURT FINALEMENT D’UN CANCER EN 1888

Malheureusement pour Pemberton, remplacer une addiction par une autre ne lui offre qu’un répit temporaire. Il est de nouveau dépendant à la morphine, qui détruit sa santé et consume ses économies. Ruiné et affaibli, Pemberton est forcé de vendre la quasi-totalité de ses droits à divers partenaires commerciaux pour parvenir à joindre les deux bouts. Il décède finalement d’un cancer de l’estomac en 1888, laissant les modestes parts restantes de la société Coca-Cola à son fils Charles, lui aussi toxicomane, qui décèdera seulement six ans plus tard.

Ironie du sort, l’inventeur du célèbre Coca-Cola n’assistera jamais à l’ascension fulgurante de son breuvage à l’échelle mondiale, et ne profitera par conséquent jamais de ses incroyables retombées économiques.

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux