— YaiSirichai / Shutterstock.com

De récentes recherches ont lié le fait de boire du thé et du café à un risque significativement réduit d’accident vasculaire cérébral et de démence. La consommation de ce dernier étant également associée à un risque plus faible de développer une démence post-AVC.

Une large cohorte

Les accidents vasculaires cérébraux et la démence sont des affections répandues, qui représentent un lourd fardeau économique et social. On estime que les AVC sont à l’origine de plus de 10 % des décès annuels dans le monde, et ceux-ci peuvent déclencher la démence chez les survivants. Dans le cadre de travaux publiés dans la revue PLoS Medicine, des chercheurs de l’université médicale de Tianjin ont étudié le lien entre la consommation de café et de thé, séparément et en combinaison, et le risque de développer ces maladies.

L’étude de 365 682 membres de la UK Biobank (âgés de 50 à 74 ans), recrutés entre 2006 et 2010 et suivis jusqu’en 2020, a suggéré que ces deux breuvages avaient des effets très bénéfiques sur la santé.

Les participants qui buvaient 2 à 3 tasses de café ou 3 à 5 tasses de thé par jour, ou une combinaison de 4 à 6 tasses de café et de thé, présentaient la plus faible incidence de démence ou d’accident vasculaire cérébral. Par rapport aux sujets n’en consommant pas, ceux qui buvaient 2 à 3 tasses de café et 2 à 3 tasses de thé par jour présentaient un risque d’accident vasculaire cérébral et un risque de démence respectivement inférieurs de 32 % et de 28 %. Il a également été montré que la consommation de café seul, ou en association avec du thé, semblait réduire de manière significative le risque de démence post-AVC.

Des recherches à approfondir

Les chercheurs rappellent que la UK Biobank représente un échantillon relativement sain par rapport à la population générale. Un nombre assez réduit de sujets ayant développé un AVC (10 053) ou une démence (5 079) dans la cohorte étudiée, extrapoler ces résultats pourrait s’avérer délicat.

« Si l’on peut déduire que le café et le thé protègent des accidents vasculaires cérébraux, de la démence et de la démence post-AVC, aucun lien de causalité clair n’a encore été établi », soulignent les auteurs de l’étude. « Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer de manière exhaustive les effets de ces boissons sur la santé physique et mentale. »

Il y a quelques mois, une étude pionnière avait identifié le principal mécanisme via lequel le thé réduit l’hypertension artérielle, promettant d’améliorer le traitement de cette affection chronique.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de