— Dotted Yeti / Shutterstock.com

Utilisant une forme unique d’hibernation afin de supporter des conditions autrement fatales, telles que la chaleur et les pressions extrêmes, ainsi que le vide spatial, le tardigrade dispose également d’un bouclier fluorescent le protégeant des rayons UV mortels.

Des créatures microscopiques d’une rare robustesse

Créatures microscopiques, les tardigrades fascinent les chercheurs depuis des décennies en raison de leur incroyable robustesse. À l’heure actuelle, on estime que ceux-ci, notamment capables de résister à des pressions océaniques intenses et de survivre en l’absence de nourriture, d’eau ou d’oxygène, font partie des rares espèces à avoir survécu aux cinq extinctions de masse. Pour ce faire, ceux-ci compactent leur corps de manière à réorganiser leurs organes internes, entrant ainsi dans un état profond d’hibernation (appelé biostase) qu’ils ne quitteront qu’une fois les conditions devenues plus favorables.

Dans le cadre de travaux présentés dans la revue Biology Letters, des scientifiques de l’Institut indien des sciences ont étudié les mécanisme de survie utilisés par ces créatures étonnantes, en recueillant plusieurs représentants de différentes espèces et en les soumettant à des conditions extrêmes. L’une des expériences menées a impliqué l’exposition de tardigrades à la lumière d’une lampe UV germicide dont les radiations s’avéraient suffisantes pour tuer bactéries et vers ronds en quelques minutes.

Si Hypsibius exemplaris, espèce de tardigrade précédemment connue, a survécu à environ 15 minutes d’exposition à cette puissante lumière UV, une autre espèce mystérieuse, présentant une teinte brun rougeâtre, semblait être parfaitement immunisée face à de tels niveaux de radiations. Plus impressionnant encore, alors que l’ensemble de ses représentants avaient survécu à la précédente expérience, les chercheurs ont constaté que 60 % d’entre eux pouvaient survivre une trentaine de jours après avoir été exposés à des doses de radiations quatre fois plus élevées.

Un véritable bouclier anti-UV

Appartenant au genre Paramacrobiotus, cette nouvelle et intrigante espèce a été prélevée sur un mur de béton recouvert de mousse. Des recherches plus approfondies réalisées à l’aide d’un microscope à fluorescence inversée ont révélé que ces créatures microscopiques viraient au bleu lorsqu’elles étaient exposées à la lumière UV.

En observant les tardigrades d’encore plus près, les scientifiques ont découvert un ensemble de pigments fluorescents logés sous leur peau, agissant comme un véritable bouclier en absorbant cette lumière UV autrement mortelle et en la transformant en lumière bleue bénigne. L’équipe est ensuite parvenue à extraire ces pigments et à les transférer aux tardigrades Hypsibius exemplaris et aux vers Caenorhabditis elegans, ce qui s’est traduit par un taux de survie doublé lorsque ces espèces étaient exposées à un puissant rayonnement UV.

Selon les auteurs de l’étude, cette nouvelle espèce de tardigrade pourrait avoir développé ce bouclier anti-UV en réponse au fort ensoleillement intervenant dans le sud tropical de l’Inde.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
First Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
First
Invité
First

Venus de l’infini,ce sont de vrais extra-terrestres.