Dites adieu à votre télécommande : vous pourrez bientôt changer de chaîne par la pensée

Samsung, l’entreprise à l’origine des smartphones et tablettes de la gamme Galaxy, veut zapper la télécommande pour que ce soit votre cerveau qui contrôle votre télévision ! L’équipementier sud-coréen développe actuellement un logiciel pour interagir avec une télévision intelligente grâce aux ondes cérébrales. Le projet Pontis, principalement destiné aux personnes souffrant d’un handicap physique sévère, devrait être testé dès 2019 dans des hôpitaux suisses.

 

UTILISER LES ONDES CÉRÉBRALES PLUTÔT QU’UNE TÉLÉCOMMANDE

L’équipementier sud-coréen Samsung travaille actuellement avec l’École polytechnique fédérale de Lausanne, en Suisse, sur un projet de télécommande mentale. Le projet Pontis pourrait, à terme, permettre de zapper la télécommande pour interagir avec sa télévision via les ondes cérébrales. Mais pour l’heure, le prototype développé fonctionne différemment. En effet, les cobayes utilisent un casque équipé d’un système d’eye tracking, qui suit simplement les mouvements des yeux, pour indiquer leurs choix.

Cependant, le géant sud-coréen veut aller beaucoup plus loin, notamment pour les personnes atteintes de handicaps sévères, comme la tétraplégie. Ainsi, la combinaison d’un casque, doté de 64 capteurs, et du logiciel basé sur le machine learning, devrait permettre de décrypter les signaux du cerveau pour contrôler des appareils, comme une télévision intelligente Samsung. Cependant, les ondes cérébrales sont différentes d’un individu à l’autre, si bien qu’il faut concevoir un dispositif personnalisé pour chacun.

Samsung Schweiz – Youtube

 

RENDRE LA QUALITÉ DE VIE ET L’INDÉPENDANCE

Bart de Kimpe, ergothérapeute et responsable thérapies au Centre suisse de paraplégiques de Nottwil, explique que « la technologie BCI (interface neuronale directe) appliquée dans le projet Pontis pourrait être l’instrument manquant qui changerait fondamentalement la vie des patients atteints du Locked-In Syndrome, la plus haute forme de paraplégie ». Ainsi, dès 2019, les premiers tests du prototype se dérouleront dans des hôpitaux suisses.

Bien sûr, on pourrait imaginer que la prochaine étape sera la commercialisation. Cependant, le casque nécessite l’application d’une couche de gel sur la tête pour fonctionner… Bien entendu, il ne s’agit que des prémices de l’innovation qui est amenée à évoluer au fil des années. 


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux