Les cafards sont connus pour leur résistance face aux conditions les plus rudes. Mais l’Homme pourrait avoir contribué au développement de cette caractéristique. A force d’utiliser des pesticides, certaines espèces se sont adaptées en s’immunisant contre ces produits.

UNE ESPÈCE PARTICULIÈREMENT ROBUSTE

Cette mutation rendant les cafards plus résistants touche une espèce en particulier : Blattella germanica. Plus connue sous le nom de blatte germanique, c’est la variété de blatte la plus répandue au monde. Cependant, c’est aussi l’une des plus répugnantes. L’espèce répand une grande quantité de bactéries en se déplaçant. De plus, ses tissus et ses excréments peuvent provoquer asthme et allergies.

Pour éviter la propagation de maladies, l’Homme cherche donc à éliminer ces blattes à grand renfort de produits chimiques. Mais plus elle est exposée aux pesticides, plus elle devient résistante à ces derniers. Pire encore, les jeunes naissent désormais avec des résistances naturelles à des produits auxquels ils n’ont pas été exposés. C’est ce que démontre une nouvelle étude sur le sujet publiée dans la revue Scientific Reports.

Rattiya Thongdumhyu / Shutterstock.com

TESTER LA RÉSISTANCE ET L’ADAPTATION

Dans le cadre de leurs recherches, les scientifiques ont mis à l’épreuve la résistance de ces blattes face à plusieurs insecticides. Plusieurs groupes de blattes ont été exposés à des quantités différentes d’insecticides.

Un premier groupe était exposé à un produit, un deuxième groupe côtoyait deux produits et un troisième groupe vivait au milieu de 3 insecticides. Chaque insecticide était utilisé pendant un mois et en rotation pendant 6 mois. Cela a permis aux chercheurs d’observer la résistance des insectes d’une génération à l’autre. Mais les résultats ont été très surprenants.

PLUS FORTS FACE À PLUS DE PRODUITS ?

Dans les 3 configurations, les blattes exposées étaient assez résistantes et ont même continué à proliférer. Les insectes exposés aux 3 produits ont réussi à se développer plus facilement grâce à la résistance croisée. Les petits naissaient en étant résistants aux produits auxquels étaient exposés les parents.

Mais le plus fou est qu’ils étaient également immunisés contre d’autres produits chimiques jamais rencontrés. Les scientifiques ont donc constaté qu’utiliser un seul produit était plus efficace pour réduire la population. Cependant, notre surconsommation de pesticides fait que bientôt, nous ne pourrions plus être en mesure d’éliminer ces nuisibles.

Mike Mozart © Flickr

COMMENTEZ
1

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
cornelie Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
cornelie
Invité
cornelie

il suffit de les cramer, le feu les détruit!