Les réseaux sociaux ne semblent pas aussi récents qu’on pourrait le croire. Une nouvelle étude a en effet montré qu’une espèce de monstre marin qui a vécu il y a environ 500 millions d’années utilisait un réseau social pour communiquer, mais aussi pour se reproduire.

Une découverte quelque peu tardive sur les rangéomorphes

Selon les scientifiques de l’université de Cambridge et de l’université d’Oxford, les réseaux sociaux ont été inventés il y a plus d’un demi-milliard d’années par des créatures qui n’avaient ni bouche ni organes internes. Ces créatures primitives étaient appelées rangéomorphes. Elles étaient interconnectées par des filaments qui pouvaient s’étirer sur plusieurs mètres, et c’est ce qui leur a permis de dominer le fond océanique. La plupart des filaments mesuraient entre deux et quarante centimètres de long, mais certains mesuraient jusqu’à quatre mètres.

Jusqu’à présent, les paléontologues n’avaient rien su quant à l’existence de ces filaments parce que ces derniers sont très fins, et donc difficiles à détecter. C’est finalement en analysant des fossiles de rangéomorphes trouvés dans l’est de Terre-Neuve, au Canada, que les scientifiques ont découvert leur existence. Les fossiles provenaient de sept espèces différentes recueillies dans 38 sites canadiens. La découverte de ces réseaux de filaments pourrait aider à clarifier certaines questions sur l’anatomie des rangéomorphes et sur la manière dont ils ont réussi à survivre et à prospérer dans les anciens océans de la Terre.

— Kichigin / Shutterstock.com

Les rangéomorphes, qu’est-ce que c’est ?

Pour comprendre le fonctionnement de ces filaments, il est important de savoir que les rangéomorphes sont des animaux marins qui ressemblaient à des fougères. Ils ont vécu durant la période édiacarienne, il y a entre 571 et 541 millions d’années. C’est durant cette période que les premières communautés d’organismes grands et complexes ont commencé à apparaître. Avant cela, presque toute la vie sur Terre avait une taille microscopique. Les rangéomorphes ont été parmi les premiers animaux à exister, et ils ressemblaient plus à des végétaux qu’à des animaux.

Ils étaient pourtant bel et bien des animaux, bien que leur anatomie soit très étrange puisqu’ils n’avaient pas de bouche, d’organes ou de moyens de se déplacer. C’est à ce niveau que les filaments entrent en jeu, dans la mesure où les scientifiques pensent que c’est grâce à eux que les rangéomorphes se nourrissent, se reproduisent et communiquent entre eux dans une sorte de réseau social primitif. Auparavant, les scientifiques pensaient que les rangéomorphes absorbaient les nutriments de l’eau environnante par le biais de leurs branches foliaires, mais ce n’était finalement pas le cas.

Le mystère sur les filaments reste entier

Quoi qu’il en soit, les chercheurs ignorent encore le véritable rôle et le mode de fonctionnement des filaments, mais ils sont sûrs que c’est ce qui a permis aux rangéomorphes de prospérer. « Ces organismes semblent avoir été capables de coloniser rapidement le fond marin, et nous voyons souvent une espèce dominante sur ces lits fossiles. Comment cela a pu se produire sur le plan écologique a été une question de longue date – et ces filaments peuvent expliquer comment ils ont pu faire cela », a déclaré le Dr Alex Liu, auteur principal de l’étude, dans un communiqué.

Bien que d’autres études soient forcément nécessaires pour percer le mystère des filaments de réseau social des rangéomorphes, les chercheurs ont déjà diverses théories sur le sujet. Ils pensent notamment que les filaments leur ont permis de se reproduire par voie de clonage. Ils ont également suggéré que les filaments ont permis de partager les nutriments entre les individus de l’espèce et qu’ils pourraient avoir aidé l’espèce à lutter contre la force du courant océanique. Les différentes théories des chercheurs ainsi que les résultats de leur étude ont été relatés dans un article publié dans Current Biology.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de