La RATP teste des bus intelligents qui rentrent seuls au garage

Imaginez un instant un bus capable de rentrer seul au garage et d’en sortir sans l’aide de l’Homme… Cette innovation futuriste est devenue réalité dans les locaux de la RATP. Le réseau de transport parisien teste actuellement cette nouveauté sur ses bus, faisant un pas de plus vers l’autonomie totale de ses véhicules.

COMMENT CELA FONCTIONNE-T-IL ?

Pour que le bus soit capable de se garer sans être manœuvré par un chauffeur, il doit dans un premier temps être équipé de radars laser que l’on appelle des LIDARS. Deux sont installés à l’avant du véhicule et deux autres à l’arrière. Leur rôle est d’analyser l’environnement présent autour du bus, et ce, avec un degré de précision au centimètre près. Ensuite, c’est au tour des caméras d’entrer en action. Celles-ci permettent, comme sur une voiture, de repérer les murs du parking et le marquage au sol afin de mieux guider le véhicule.

Etant donné qu’un bus est assez compliqué à garer à cause notamment de ses dimensions et de sa masse, une centrale inertielle interne gère en permanence le comportement des bus grâce à divers outils (accéléromètres, gyromètres, compas électroniques…).

Cela permet de créer une cartographie en trois dimensions du parking qui est réactualisée en permanence en fonction des mouvements de la flotte. Dès que la zone est cartographiée avec précision, le bus se gare tout seul grâce au système informatique installé à bord. Et pour faciliter le travail des autres bus, tous peuvent s’échanger en temps réel des informations.

QUI A MIS AU POINT CETTE INNOVATION ?

Le bus qui se gare tout seul est actuellement testé au sein de la RATP car c’est le groupe lui-même qui a choisi de mener des recherches dans ce domaine. En partenariat avec le CEA List et Iveco Bus, tous ont travaillé ensemble sur ce projet qui marque une nouvelle étape dans l’évolution des transports en commun. Les tests sont menés rue de Lagny, au cœur d’un centre bus RATP où les véhicules occupent trois niveaux de sous-sol.

Le fait que les bus puissent se garer de manière autonome puise son origine dans cette problématique, très répandue notamment dans les grandes villes, où la place manque. Manœuvrer un bus en sous-sol est assez difficile pour les chauffeurs : cette fonctionnalité facilite leur travail tout en expérimentant des choix technologiques qui auront un rôle déterminant à l’avenir.

UN PAS DE PLUS VERS LE TRANSPORT AUTONOME

L’autonomie totale des transports est un sujet sur lequel planchent de nombreux acteurs du secteur à travers le monde. Cependant, l’expérimentation menée par la RATP démontre que cette automatisation ne concerne pas uniquement le transport des voyageurs mais aussi la partie logistique. En permettant aux bus de se garer seuls, il est possible d’économiser de l’espace sans pour autant endommager les véhicules.

La région parisienne, voyant sa flotte augmenter alors que l’espace disponible dans ses garages diminue, considère cela représente un avantage non négligeable. Néanmoins, même si ces tests montrent que les recherches sont en bonne voie, l’autonomie totale des transports en commun est encore lointaine. Les chercheurs ont encore beaucoup de travail avant que les usagers puissent profiter d’un bus capable de rouler seul.


Un homme est bien fort quand il s’avoue sa faiblesse

— Balzac