rat à crête
— © Kevin Deacon / Wikimedia Commons

Dans la nature, les espèces animales et végétales ont toutes leurs propres méthodes pour se défendre contre les menaces. En ce qui concerne le rat à crête, il se protège en rongeant une espèce d’arbre toxique pour devenir lui-même toxique pour ses prédateurs.

Un système de défense exceptionnel

Également appelé hamster d’Imhause et connu sous le nom scientifique de Lophiomys imhausi, le rat à crête africain est un rongeur nocturne d’Afrique de l’Est. Avec ses poils longs et sa queue touffue, ce petit rongeur ressemble plus à une moufette qu’à un rat. Mais ce qui différencie vraiment cette espèce de ses pairs, c’est qu’il s’agit du seul rongeur venimeux au monde. Plus impressionnant encore, ce rat n’est pas naturellement venimeux. En fait, le rat à crête ronge des plantes toxiques pour devenir lui-même toxique afin de se protéger des prédateurs.

Ainsi, c’est également le seul mammifère connu qui utilise un tel mécanisme de défense. Par ailleurs, selon une étude réalisée par les chercheurs de l’université de l’Utah en 2020, la fourrure de ce rongeur contient assez de poison pour abattre un éléphant. En effet, selon les résultats de l’étude publiée dans la revue Journal of Mammalogy, la toxine utilisée par le rat à crête est si puissante que quelques milligrammes de ce produit sont suffisants pour tuer un être humain.

Cette toxine est notamment collectée par l’animal sur une espèce d’arbre appelée Acokanthera schimperi. La toxine contenue dans l’arbre s’appelle l’ouabaïne. Il s’agit d’un cardénolide toxique qui affecte les muscles et les nerfs, et qui peut finalement entraîner une insuffisance cardiaque chez la plupart des animaux qui entrent en contact avec la toxine. Pour s’approprier ce poison, le rat à crête ronge puis mâche l’écorce de l’arbre. Ensuite, il répand sa salive devenue toxique sur les poils creux et poreux qui recouvrent tout son corps.

Un petit rongeur au comportement fascinant

Lorsqu’il se sent menacé, les poils du rat à crête se dressent, révélant des rayures noires et blanches en dessous. Les chercheurs pensent que ces rayures servent à alerter les prédateurs que mordre le rat à crête serait imprudent. Et c’est effectivement le cas, puisque ses poils sont imprégnés d’un poison mortel. Mais si ce poison est si dangereux, la question est de savoir comment le rat à crête arrive à survivre après en avoir mis dans sa bouche et sur son corps. Pour l’instant, les scientifiques n’ont pas encore trouvé de réponse à cette question.

Outre leur impressionnant système de défense, les scientifiques ont également découvert d’autres informations intéressantes sur les rats à crête. En observant en captivité 25 rats à crête capturés au Kenya, les scientifiques ont été surpris d’apprendre que ces animaux que l’on croyait solitaires vivaient en fait de manière monogame par paires mâle-femelle. Par ailleurs, les couples passent la majeure partie de leur temps ensemble et ils communiquent avec une gamme de sons composée essentiellement de grincements et de ronronnements, a rapporté Live Science.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments