― Noushad Thekkayil / Shutterstock.com

Le Qatar prépare la Coupe du monde de football de 2022 depuis 10 ans maintenant. Ce projet d’envergure est toutefois entaché par une réalité bien plus préoccupante : l’utilisation de main-d’oeuvre immigrée. Pas moins de 6 500 travailleurs sont morts entre 2011 et 2020.

La Coupe du monde à l’origine d’une hécatombe

Afin d’accueillir la Coupe du monde de football comme il se doit en 2022, le Qatar mise gros et a passé 10 ans à construire de nouveaux stades (7 actuellement), tout en élevant du sol « un aéroport, des routes, des transports publics, des hôtels et une ville nouvelle », dévoile The Guardian. Tous ces chantiers peuvent être terminés grâce à la main-d’oeuvre immigrée appelée en renfort, soit 2 millions de personnes.

Le journal fait des révélations glaçantes : « Plus de 6 500 travailleurs immigrés d’Inde, du Pakistan, du Népal, du Bangladesh et du Sri Lanka sont morts au Qatar depuis que celui-ci a remporté l’organisation de la Coupe du monde il y a dix ans. » Autrement dit, depuis décembre 2010, le Qatar est à l’origine de 12 morts par semaine.

Dans le détail, 5 927 travailleurs venant d’Inde, du Bangladesh, du Népal et du Sri Lanka sont décédés. Il faut ajouter à ce chiffre le décès de 824 Pakistanais.

La main-d’œuvre immigrée maltraitée

Fait encore plus grave, le Qatar ne dénonce pas ces tristes chiffres : « La mortalité parmi ces groupes se situe dans une fourchette qui correspond à la taille et à la composition démographique de la main-d’œuvre immigrée. » Par ailleurs, aucune autopsie n’est réalisée et la cause des décès n’est donc pas précise.

En effet, même si le décès de 69 à 80 % de la main-d’oeuvre est de causes naturelles, il est impossible de déterminer le facteur sans autopsie (chaleur et de nombreuses autres conditions déplorables de travail). Pire encore, le nombre de décès peut être encore plus élevé puisque les derniers mois de 2020 ne sont pas pris en compte, ni la main-d’oeuvre provenant du Kenya ou des Philippines.

Cela ne fait aucun doute pour Amnesty International : il y a eu « un réel manque de clarté et de transparence entourant ces morts ».

2
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
PerrotRUSTINETTE Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
RUSTINETTE
Invité
RUSTINETTE

ah le foot! une aberration, ce n’est pas un sport mais un business, autant de mort pour que des petits gars shoot dans un ballon rond, on vit dans un monde pourri, le fric et le sexe dirige le monde et rien de plus, honte sur l’espèce humaine, que font… Lire la suite »