— Vadim Sadovski / Shutterstock.com

Première mondiale : les scientifiques ont découvert des protéines dans une météorite. Il est quasiment certain que ces protéines sont d’origine extraterrestre et des recherches poussées sur la météorite pourraient mener à la découverte du développement de la vie en dehors de la Terre.

La première protéine extraterrestre découverte par l’humanité

La première protéine extraterrestre connue à ce jour a été trouvée dans deux échantillons de météorites. L’un, nommé Acfer 086, a été découvert en Algérie en 1990, et l’autre, nommé Allende, a été trouvé au Mexique en 1969. La protéine, qui a été appelée « hémolithine », contient du fer et du lithium, ce qui suggère que les éléments constitutifs de la vie pourraient déjà exister dans l’espace. Cela signifie que les météorites contenant de l’hémolithine pourraient jouer un rôle dans l’ensemencement de la vie sur des planètes habitables.

Ce sont des scientifiques d’Harvard, du PLEX Corporation et du Bruker Scientific qui ont découvert de l’hémolithine, en utilisant notamment un spectromètre de masse à la pointe de la technologie, a rapporté Science Alert. Ils l’ont décrite comme étant une protéine assez petite, composée principalement de la glycine d’acide aminé et recouverte d’atomes de fer, d’oxygène et de lithium aux extrémités. Bien que toutes ces pièces soient bien connues, leur disposition particulière n’a jamais été vue sur Terre auparavant.

En effet, l’hémolithine est structurellement similaire à des protéines connues mais le rapport hydrogène et isotope de deutérium de la protéine ne correspond à rien de ce qui se trouve sur Terre. Pour le moment, il n’y a que peu d’informations sur cette protéine. L’équipe ne sait pas d’où elle vient ni dans quelles conditions elle s’est formée. Quoi qu’il en soit, ils soupçonnent qu’elle se soit formée à côté du Système solaire.

En effet, les scientifiques suggèrent que la structure protéique pourrait avoir été formée dans le disque protosolaire il y a plus de 4,6 milliards d’années. Cette hypothèse est notamment émise car les fragments de météorites analysés présentaient des similitudes avec la composition des comètes du nuage d’Oort, la sphère de planétésimaux glacés qui entoure le Système solaire.

Une découverte qui reste encore à confirmer

Le travail sur l’hémolithine n’a pas encore fait l’objet d’un examen par d’autres universitaires et n’a pas encore été publié dans d’autres revues scientifiques, mais il renforce l’hypothèse selon laquelle les météorites ont participé au développement de la vie sur Terre. Certes, la découverte de cette protéine ne confirme pas l’existence d’une vie extraterrestre, mais cela constitue tout de même une bonne base de recherche pour les scientifiques.

« À ce stade, nous avons besoin que d’autres scientifiques utilisent nos méthodes pour répéter nos résultats », a déclaré la co-auteure de l’étude, Julie McGeoch, biologiste moléculaire à l’université Harvard, a rapporté le journal Vice. Dans leur document qu’ils ont téléchargé sur le serveur de préimpression arXiv, les scientifiques ont également précisé qu’il était possible que l’hémolithine ne soit pas une protéine, bien que cela soit l’explication la plus probable. Ils ont expliqué que cela pourrait aussi être un polymère.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
trackback
Une protéine d’origine extraterrestre découverte dans une météorite trouvée en Algérie - FREHA 24

[…] Source : dailygeekshow.com […]