« La fonction de la liberté est de libérer quelqu’un d’autre », a déclaré Toni Morrison dans un discours prononcé au Barnard College en 1979. Grande dame de la littérature, Toni Morrison est la première femme afro-américaine à remporter le prix Nobel de littérature. Elle est surtout connue pour ses romans consacrés aux relations intimes, en particulier entre hommes et femmes. Ces histoires se déroulent dans le contexte de la culture afro-américaine.

Un portrait de Toni Morisson © Flickr / Christopher Drexel

Reconnue après la publication de son sixième roman intitulé « Jazz », Toni Morrison est devenue, en 1993, la première femme afro-américaine et la huitième femme à remporter le prix Nobel de littérature. Depuis la publication de son premier roman, « The Bluest Eye » en 1970, Morrison a frappé le monde littéraire avec la richesse de son écriture et ses représentations puissantes et complexes des luttes individuelles et communautaires des Afro-Américains, dans le contexte raciste et sexiste de la société blanche américaine.


MORRISON A ÉGALEMENT REÇU LE PRIX PULITZER POUR SON ROMAN « BELOVED » EN 1987.

Reconnue pour son développement détaillé et réaliste de la personnalité et du caractère de ses personnages, le roman de Morrison représente une exploration complexe et une caractérisation variée des femmes noires en particulier. Les romans de Morrison développent souvent les mêmes thèmes : ceux de la difficile quête de la liberté personnelle, de la découverte de soi, des héritages familiaux et du patrimoine commun de ses personnages. Son talent d’écriture a été salué pour la qualité vibrante et lyrique de sa prose, capturant les pensées de l’Amérique noire, ainsi que les éléments mythiques, folkloriques et surnaturels partagés à travers l’histoire orale afro-américaine.

View this post on Instagram

✨ #tonimorrison

A post shared by Au’shakia Ramos (@aushakia) on

La vie de Toni Morrison

Toni Morrison est née Chloé Anthony Wofford le 18 février 1931 à Lorain, Ohio. Ses deux parents étaient issus de familles de métayers qui s’étaient déplacés vers le nord au début du siècle. Elle était la deuxième de quatre enfants de Ramah et de George Wofford. Morrison a grandi pendant la Grande Dépression dans les années 1930, une période marquée par de graves difficultés économiques. Son père avait soutenu la famille en occupant trois emplois en même temps pendant dix-sept ans. Sa famille a été une grande source d’inspiration pour ses romans mais également dans son style d’écriture. Alors que son père croyait fermement que le racisme des Blancs était immuable, sa mère croyait que les relations interraciales pourraient s’améliorer aux États-Unis.

Bien qu’elle ait grandi dans le nord, les traditions du sud ont joué un grand rôle dans l’éducation de Toni Morrison. Son grand-père maternel, un charpentier et fermier du Kentucky, ne voyant aucune chance d’avancement en raison du racisme et de la pauvreté de cet État, a déménagé avec sa famille dans l’Ohio. Morrison a été largement influencée par les histoires et les récits sur les horreurs de la vie noire pendant la période de reconstruction, lorsque les États du sud ont été restructurés politiquement et économiquement.


MORRISON A LONGTEMPS TRAVAILLÉ COMME RÉDACTRICE DANS UNE MAISON D’ÉDITION ET N’A PUBLIÉ SON PREMIER ROMAN QU’À L’ÂGE DE 39 ANS.

Morrison s’est intéressée très tôt à la littérature classique et à la narration. Ses parents l’ont largement encouragée dans sa passion. En ce qui concerne son éducation, elle a fréquenté l’école secondaire de Lorain, tout en travaillant après l’école pour deux dollars par semaine. Elle obtint son diplôme avec mention en 1949. Ses parents l’ayant encouragée à aller à l’université, elle obtient son diplôme de l’Howard University à Washington en 1953. Elle poursuit alors ses études à l’université de Cornell, où elle obtient une maîtrise en anglais en 1955. Morrison est ensuite engagée pour enseigner à la Texas Southern University à Houston, puis à l’Howard University.

À l’Howard University, Morrison rencontra un autre membre du corps professoral et un architecte jamaïcain, Harold Morrison, qu’elle épousa en 1958. Le mariage se termina par un divorce en 1964, mais deux enfants sont nés de cette union : Harold et Slade. Toni déménage alors à New York et commence à travailler comme rédactrice chez Random House où elle joue un rôle important dans la promotion de la littérature noire auprès du grand public.

View this post on Instagram

“I had written three books. It was only after I finished Song of Solomon that I thought, ‘Maybe this is what I do only.’ Because before that I always said that I was an editor who also wrote books or a teacher who also wrote. I never said I was a writer. Never. And it’s not only because of all the things you might think. It’s also because most writers really and truly have to give themselves permission to win. That’s very difficult, particularly for women. You have to give yourself permission, even when you’re doing it. Writing every day, sending books off, you still have to give yourself permission. I know writers whose mothers are writers, who still had to go through a long process with somebody else—a man or editor or friend or something—to finally reach a point where they could say, ‘It’s all right. It’s okay.’ The community says it’s okay. Your husband says it’s okay. Your children say it’s okay. Your mother says it’s okay. Eventually everybody says it’s okay, and then you have all the okays. It happened to me: even I found a moment after I’d written the third book when I could actually say it. So you go through passport and customs and somebody asks, ‘What do you do?’ And you print it out: WRITE.” —Toni Morrison, THE SOURCE OF SELF-REGARD ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ #bookish #reader #bookworm #igreads #bookstagram #booklover #bibliophile #bookaesthetic #amreading #tonimorrison #thesourceofselfregard #bookquotes

A post shared by Alfred A. Knopf (@aaknopf) on

Toni Morrison et la littérature

Le premier livre de Morrison, « The Bluest Eye » publié en 1970, est un roman d’initiation concernant une adolescente noire victimisée, obsédée par les standards de la beauté blanche et désireuse d’avoir les yeux bleus. En 1973, son deuxième roman, « Sula », a été publié ; il examine essentiellement la dynamique de l’amitié et des attentes de conformité au sein de la communauté noire. Son troisième livre, « Song of Solomon », a remporté un prix du National Book Critics Circle en 1977.

L’apogée de ses œuvres a notamment été « Beloved », une histoire sur la vie après l’esclavage. Ce livre, qui représente une œuvre importante de l’expérience afro-américaine, a été adapté en film en 1998. Ce dernier a été réalisé par Jonathan Demme et interprété par Oprah Winfrey et Danny Glover. La suite de « Beloved » était « Jazz », publiée en 1992 et donnant vie à l’histoire de la ville d’Harlem dans les années vingt.

Toni Morrison et Barack Obama © obamawhitehouse

La force et le caractère de ses écrits ont notamment permis à Toni Morrison de gagner un prix Nobel et un prix Pulitzer, mais elle a également reçu de nombreuses autres distinctions. En 2001, le président Bill Clinton a décerné à Toni Morrison le prix national des arts et des sciences humaines. Le président a prononcé un discours lors de la cérémonie de remise du prix et a déclaré que Morrison était « entrée dans le cœur des États-Unis ». En 2012, le président Obama a également décerné à Toni Morrison la médaille présidentielle de la liberté, le prix civil le plus prestigieux aux États-Unis.

Toni Morrison est décédée le 5 août 2019, à l’âge de 88 ans, suite à des complications dues à une pneumonie. La triste nouvelle a été annoncée par son éditeur, Alfred Knopf. Par son travail, Toni Morrison transcendera l’épreuve du temps et vivra à jamais à travers ses œuvres et son héritage.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de