Du David de Michel-Ange au Bouddha du Temple de la Source en passant par la Statue de la Liberté, certaines sculptures représentant des formes humaines sont incroyablement grandes. Pour explorer une dimension inédite de l’art, Jonty Hurwitz a réalisé des nanosculptures si petites qu’elles peuvent tenir sur un cheveu. DGS vous présente ces oeuvres microscopiques.

Dans le Système international d’unités, le préfixe « nano » utilisé dans le Nanoart signifie un milliardième, un nanomètre est donc un milliardième de mètre. La structure de la nanosculpture est créée en utilisant une nouvelle technologie d’impression 3D révolutionnaire et une technique appelée lithographie multiphotonique. Si vous éclairez un polymère sensible à la lumière avec des longueurs d’onde appartenant au domaine ultraviolet, il se solidifie.

Jonty Hurwitz, l’auteur de ces oeuvres d’art uniques au monde explique : « Ces travaux de nanosculpture représentent plus qu’un simple exploit de la science. Ils représentent le moment de l’histoire où nous sommes en mesure de créer une forme humaine à la même échelle que le sperme qui nous crée. C’est un peu comme casser le mur du son artistique. »

Ces sculptures sont vraiment incroyables, elles sont si petites qu’on ne peut même pas les observer à la loupe ! Au bureau, on félicite toute l’équipe qui a collaboré avec Jonty Hurwitz pour réaliser ce projet qui bouscule le domaine de l’art. Et vous, que pensez-vous de l’art que l’homme ne peut pas voir de ses propres yeux ?

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de