Le cas fascinant de la pieuvre mimétique, capable d’imiter plus de 15 espèces différentes

Le cas fascinant de la pieuvre mimétique, capable d’imiter plus de 15 espèces différentes

En 1998, une créature fascinante a été découverte au large de l’île de Sulawesi, en Indonésie. Si toutes les pieuvres sont capables de changer de couleur et de texture de peau pour se camoufler, la pieuvre mimétique est le premier être vivant à imiter la forme, la couleur, la texture, la posture et le comportement de plusieurs autres espèces animales. 

La pieuvre mimétique a été nommée ainsi pour son étonnante capacité à imiter les animaux qui partagent son environnement. Comme les autres pieuvres, elle peut facilement changer la forme et la couleur de son corps caoutchouteux. Cependant, elle est la première espèce à pouvoir imiter l’apparence et le comportement de pas moins de 15 autres espèces différentes !

LA PIEUVRE MIMÉTIQUE IMITE À LA PERFECTION QUINZE ESPÈCES DIFFÉRENTES

Pour imiter une sole, par exemple, la pieuvre réunit ses huit bras en un faisceau de la même forme que l’animal à copier. Ce qui la fait ainsi ressembler à une sole plate qui ondule dans l’eau. Pour imiter un poisson-lion, elle étend ses tentacules et les laisse pendre, pour ressembler aux ailerons évasés et venimeux du poisson-lion. Elle imite le serpent de mer en changeant ses rayures brunes et blanches en noir et jaune, puis en repliant la majeure partie de son corps sur elle-même.

Il est important de noter que la pieuvre mimétique n’a pas recours au camouflage mais bel et bien au mimétisme, qui sont deux choses bien distinctes du point de vue de l’évolution. En effet, si le camouflage est un processus qui est adopté rapidement par un animal au cours de son évolution, le mimétisme lui, nécessite une co-évolution entre trois espèces : l’espèce imitée, l’espèce dupée et l’espèce modèle.

La pieuvre mimétique n’est pas de très grande taille, puisqu’elle mesure environ 60 centimètres. Tout comme les autres pieuvres, elle sont dotée de trois cœurs, et de huit tentacules qui mesurent environ 25 cm. Dans son état normal, elles a une coloration brune tachetée de blanc ainsi que des rayures et qui l’aident à se fondre dans l’environnement.

La pieuvre mimétique évolue dans la région de l’Asie du Sud-Est, le long de la côte du Sulawesi. Puisqu’elle n’a été officiellement découverte qu’en 1998, les scientifiques pensent qu’elle pourrait avoir d’autres habitats qui n’ont pas encore été trouvés. Une chose est sûre, elle privilégie les eaux chaudes et boueuses.

Puisque Thaumoctopus Mimicus préfère vivre dans des eaux peu profondes et sombres, les scientifiques pensent que son régime alimentaire se compose presque exclusivement de petits poissons et de crustacés, car ce sont les animaux que l’on retrouve le plus dans son habitat. Elle est en effet carnivore.

LA PIEUVRE MIMÉTIQUE EST UN PRÉDATEUR PASSIF

La pieuvre mimétique est une prédatrice capable de traquer ses proies, de chasser de petits poissons et de les attraper. Le plus souvent, elle se nourrit des petits crustacés qu’elles capture facilement avec ses tentacules.

La pieuvre mimétique est active pendant la journée car c’est le moment idéal pour chercher de la nourriture. Cela s’explique par le fait que quand il fait encore jour, la pieuvre est plus facilement apte à altérer la couleur de sa peau et à se camoufler. Le déplacement et les mouvements posent cependant problème lorsqu’il s’agit de se camoufler en plein jour.

LA PIEUVRE MIMÉTIQUE CHANGE COMPLÈTEMENT D’APPARENCE, ESSENTIELLEMENT POUR ÉVITER ET TROMPER SES PRÉDATEURS

La pieuvre mimétique a trouvé une solution à ce problème en changeant non seulement de coloration, mais également de texture, de forme et même de style de déplacement. Jusqu’à présent, les scientifiques n’ont pas encore été capables d’expliquer comment cet animal pouvait changer ainsi de forme. Si l’instinct et l’intelligence extrêmement développée de la pieuvre sont en partie à l’origine de ces capacités, cela n’est pas suffisant pour expliquer un tel niveau d’aptitude au mimétisme.

Ce sont les cellules baptisées chromatophores et se trouvant dans la peau de la pieuvre, qui réfléchissent, absorbent, diffractent et diffusent la lumière de différentes manières pour lui permettre de se camoufler ainsi. On retrouve ces cellules pigmentaires chez les autres céphalopodes tels que les seiches et les calamars. Des espèces dotées d’une capacité de camouflage impressionnante, à l’image des caméléons ou de plusieurs espèces de grenouilles, possèdent également des chromatophores.

© FlickR / Rickard Zerpe

On espère que les futures recherches nous permettront d’en apprendre plus sur cet incroyable animal aux capacités de mimétisme tout simplement époustouflantes.

 

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux