Voici un kit ADN MyHeritage disponible dans le commerce, un service aussi proposé par GEDmatch, FamilyTreeDNA ou 23andMe — Astafjeva / Shutterstock.com

Le Pentagone, dans un mémo interne destiné à l’ensemble du personnel militaire américain, a soulevé les « risques » qu’impliquent les tests ADN disponibles dans le commerce, proposés par des entreprises comme 23andMe ou Ancestry.

L’impressionnant essor des tests ADN en libre-service

Dans un mémo interne qu’a pu se procurer Yahoo News, le Pentagone — autrement dit, le département de la Défense américain — invite fermement tout le personnel militaire à ne pas procéder à des tests ADN disponibles dans le commerce. Ces tests, dont la popularité explose, auraient été utilisés par près de 30 millions d’Américains ces dernières années.

Ceux-ci consistent en l’envoi par voie postale d’un échantillon pouvant être analysé, pour déterminer la présence de maladies immunitaires dans le génome, trouver des membres de sa famille inconnus ou encore servir de test de paternité, selon les entreprises qui proposent le service.

L’offre fascine autant qu’elle inquiète : si les tests ont été, selon le New York Times, un cadeau particulièrement offert à Noël ces derniers jours, le fait que les données génétiques de millions d’Américains soient détenues et traitées par des entreprises privées fait débat sur leur éventuelle monétisation ultérieure.

Une recommandation, pour la sécurité et la carrière des membres de l’armée

Ainsi, le département de la Défense a pris les devants en intimant au corps militaire de ne pas s’y frotter. Sean Robertson, porte-parole du Pentagone, confirmait l’existence de ce mémo interne, en indiquant que les membres de l’armée devaient avoir connaissance de tous les risques possibles : « La découverte non intentionnelle de marqueurs qui pourraient affecter la préparation pourrait avoir des conséquences sur la carrière d’un membre du corps militaire, et les informations fournies par ce service dévoileraient cette information », a-t-il dit.

Mais ce sont surtout des failles de sécurité qui semblent inquiéter l’administration militaire. Le mémo alerte sur le fait que les tests « pourraient exposer des informations personnelles et génétiques, avoir potentiellement des conséquences inattendues sur la sécurité, ainsi qu’un risque accru pour les forces armées et les missions » — Robertson ou le Pentagone n’ont pas développé sur ces risques.

Si le Pentagone ne s’oppose pas aux tests ADN, Robertson recommande toutefois de les faire dans des établissements spécialisés.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
First Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
First
Invité
First

Si un Hitler revenait…