— Kateryna Kon / Shutterstock.com

C’est une percée technique et scientifique significative. Pour la première fois, des chercheurs japonais ont obtenu des ovules fonctionnels à partir de cellules souches de souris cultivées en laboratoire.

Imiter les follicules ovariens

Décrits dans la revue Developmental Biology, ces travaux réalisés par Takashi Yoshino et ses collègues de l’université de Kyushu reposent sur la culture dans une boîte de Petri de cellules folliculaires, ou ovarioïdes reconstitués (rOvarioïdes), imitant les follicules ovariens. Ce, afin de reproduire le processus que suivent normalement les cellules souches pour se transformer en ovules.

Les cellules souches pluripotentes sont immatures mais ont le potentiel de devenir presque n’importe quel type de cellule dans les bonnes conditions. Dans l’ovaire, celles-ci peuvent se différencier en ovocytes, qui se transforment finalement en ovules. Normalement, les ovocytes sont encapsulés par les cellules ovariennes dans une structure folliculaire remplie de liquide qui aide l’ovocyte à subir un cycle de méiose (un type de division cellulaire) et à devenir un ovule (un œuf qui peut être fécondé).

Auparavant, il était difficile de faire croître les ovocytes et les ovules dans une boîte de Petri, car les follicules ovariens se révélaient essentiels au processus. Les chercheurs ont donc mis au point une culture particulière, jouant le rôle « d’incubateur » pour la croissance des ovules en dehors de l’ovaire.

Des scientifiques sont récemment parvenus à créer un embryon de souris dont le cœur bat à partir de cellules souches — Caleb Foster / Shutterstock.com

Des résultats impressionnants

L’équipe a prélevé des cellules souches de souris femelles matures et les a placées dans la culture. Ce qui a permis de simuler l’environnement normal des cellules de l’ovaire de manière si efficace que les cellules souches se sont transformées en ovocytes fonctionnels qui ont ensuite pu être fécondés par fécondation in vitro (FIV) et implantés dans l’utérus des souris.

Fait incroyable, 5,2 % des embryons issus de la croissance ovocytaire dans les ovarïoides ont donné naissance à des bébés après implantation, et tous les bébés nés par cette méthode ont atteint l’âge adulte. Si de tels résultats sont comparables à l’efficacité des transferts d’embryons réussis par FIV chez les femmes de plus de 43 ans, les rOvarioïdes permettent de cultiver un nombre virtuellement illimité d’ovules.

« Cette avancée technique présente un énorme potentiel pour la recherche sur les cellules reproductives », commente Lin Yang, de l’Institut du génome de Singapour. « Cela permettra une FIV à haut rendement ne nécessitant ni ovules ni manipulation génétique. »

2
COMMENTEZ

avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Thieulinla-tv-tue Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
la-tv-tue
Membre
la-tv-tue

Les nazis en avaient rêvé, les capitalistes eugénistes l’ont fait ! Choisir et acheter son être humain, sa chose c’est le meilleur des mondes… mais en pire !

Thieulin
Invité
Thieulin

Décadence de l’espèce humaine: elle fait des pas de geant.