Cet ovaire artificiel permettra aux femmes victimes d’un cancer d’avoir des enfants après une chimio

Avancée majeure dans le domaine de l’amélioration des conditions de vie des personnes ayant suivi un traitement contre le cancer. Une équipe de chercheurs danois a mis au point des ovaires artificiels pour permettre aux femmes qui ont subi une chimiothérapie de pouvoir avoir des enfants.

 

CRÉATION D’UN OVAIRE ARTIFICIEL 

Des chercheurs danois de l’Hôpital Rigshospital de Copenhague ont publié dans la revue Frontiers in Endocrinology, une méthode pour créer un ovaire artificiel. Ils se sont servis de follicules ovariens et du tissu ovariens de femmes atteintes du cancer, et ont effectué un tri parmi eux pour obtenir un ovaire vidé de son contenu et des follicules sains non cancéreux. Les chercheurs ont donc enlevé tous les tissus susceptibles d’être cancérigènes.

Pour l’instant, la méthode a été testée sur des souris et nécessite encore d’être validée sur la femme. Les chercheurs ont tout d’abord fait grandir in vitro les follicules ovariens. Une fois, l’ovaire artificiel recrée, il a été transplanté dans la souris où il s’est développé normalement.

 

DES SOLUTIONS ACTUELLES RISQUÉES

Cette méthode pourrait être une révolution pour les femmes qui suivent une chimiothérapie ou une radiothérapie. Ces traitements très lourds peuvent en effet endommager les gamètes, et les solutions proposées ne sont pas excellentes.

La solution actuelle consiste à effectuer une stimulation ovarienne en vue d’une congélation d’ovocytes ou à prélever une partie de l’ovaire, le congeler et le remettre quand le cancer sera éliminé. Ces solutions comportent toutefois des risques. En effet, le tissu ovarien prélevé peut contenir des cellules cancéreuses et entraîner une rechute lors de la réimplantation.

Cette nouvelle solution permettrait alors de bien dissocier les follicules des ovaires pour éviter tout risque de rechute. Elle devrait être testée sur l’homme dans les 3 ou 4 prochaines années.


En Syrie, 1 enfant sur 3 n’a connu que la guerre durant toute sa vie.

— @UNICEF_france