— Rich Koele / Shutterstock.com

Des archéologues ont annoncé la mise au jour des restes d’un mammouth laineux, d’un rhinocéros, d’un bison, d’un loup et d’une hyène préhistorique dans un système de grottes du sud-ouest de l’Angleterre.

Des centaines d’ossements remontant à la dernière ère glaciaire

Cette découverte est intervenue sur le site de construction d’une vaste zone résidentielle à la périphérie de la ville de Plymouth. Les centaines d’ossements exhumés, incluant un squelette de loup préhistorique presque complet ainsi que les restes partiels d’un mammouth et d’un rhinocéros laineux, d’une hyène, d’un cheval, d’un renne, d’un lièvre variable, d’un renard roux et de divers petits mammifères (chauves-souris et musaraignes) feront prochainement l’objet d’un examen approfondi.

Bien que l’on ignore actuellement si l’ensemble de ces créatures ont coexisté ou vécu à différents moments de la dernière ère glaciaire, il est possible que certaines d’entre elles soient tombées dans la cavité souterraine et n’aient pu s’en échapper, avec des charognards carnivores les suivant et connaissant le même sort, ou que les ossements aient été charriés par des crues et s’y soient accumulés au fil du temps.

« Il s’agit de la plus importante découverte archéologique de ce type dans la région depuis celle de la grotte de Joint Mitnor il y a plus de 80 ans », souligne Danielle Schreve, professeure de sciences quaternaires à l’université Royal Holloway de Londres ayant participé aux fouilles.

« Le sud-ouest de l’Angleterre était évidemment très différent à cette époque »

Selon les chercheurs, ces ossements constituent un aperçu sans précédent de la mégafaune qui parcourait l’actuel Devon il y a 30 000 à 60 000 ans. La présence d’un tel éventail de mammifères herbivores ainsi que les échantillons de sol prélevés devraient également les éclairer sur la flore locale, et par extension le climat et l’environnement au cours de cette période.

« Le sud-ouest de l’Angleterre était évidemment très différent à cette époque », rappelle l’archéologue Rob Bourn. « C’était une région au climat instable et sujette aux inondations où les mammouths et d’autres créatures prospéraient, parcourant de grandes distances dans un paysage bordé par des glaciers. »

Les promoteurs ont précisé dans un communiqué que la zone où les restes ont été découverts serait préservée et l’entrée de la grotte fermée.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments