Image d’illustration — Gorodenkoff / Shutterstock.com

Une équipe de scientifiques a annoncé la découverte dans une grotte marocaine de ce qui pourrait bien être la plus ancienne preuve de fabrication de vêtements, remontant à 120 000 ans environ.

12 000 fragments d’os analysés

Dans le cadre de travaux détaillés dans la revue iScience, Emily Hallett et ses collègues de l’Institut Max Planck, en Allemagne, ont étudié un certain nombre de fragments d’os trouvés dans la grotte des Contrebandiers, un important site archéologique situé sur la côte atlantique du Maroc. Sur les quelque 12 000 fragments d’os trouvés sur le site, l’équipe a identifié plus de 60 os d’animaux qui avaient été façonnés par l’Homme pour servir d’outils. Les motifs des marques de coupe sur ces derniers os correspondaient à des outils trouvés sur d’autres sites archéologiques qui avaient été utilisés pour traiter le cuir.

« Il est extrêmement improbable que des matériaux organiques tels que le cuir et la fourrure se conservent dans des dépôts aussi anciens, donc en tant qu’archéologues, nous nous retrouvons avec des éléments de preuve qui incluent des outils et les os des animaux qui conservent des marques de dépouillement », explique Hallett. « Nous pouvons rassembler ces éléments de preuve et suggérer que les humains utilisaient des outils en os pour préparer le cuir et la fourrure qui étaient probablement utilisés pour les vêtements. »

Un outil en os vieux de 120 000 à 90 000 ans provenant de la grotte des Contrebandiers — © Jacopo Niccolò Cerasoni

Si les chercheurs rappellent que les preuves ne sont pas totalement concluantes (les outils pourraient avoir été utilisés pour préparer le cuir à d’autres fins que l’habillement, comme des dispositifs de stockage), il n’en reste pas moins que les vêtements en fourrure et en cuir auraient été particulièrement avantageux pour les premiers humains. En quittant l’Afrique, ceux-ci ont dû faire face à de nouveaux environnements, voire à des habitats au climat extrême. Les vêtements et autres outils ont probablement contribué à la dispersion des humains dans de nouveaux environnements à travers le monde.

Pour la fourrure, les humains de la grotte des Contrebandiers dépeçaient les carnivores, tandis que les restes de plusieurs espèces de bovidés découverts sur le site suggèrent que ces derniers étaient utilisés pour le cuir.

Une tradition probablement plus large et plus ancienne

« Dans cette grotte, il y a trois espèces de carnivores avec des marques de dépeçage sur leurs os : le renard de Rüppell, le chacal doré et le chat sauvage. Les marques de coupe sur leurs os sont limitées aux zones où les incisions sont faites pour enlever la fourrure, et il n’y a pas de marques de coupe sur les zones du squelette associées au retrait de la viande », estime Hallett. « Des os de bubale, d’aurochs et de gazelle ont été trouvés en grande abondance dans la grotte, et ces animaux ont également été consommés par les humains, car il y a des marques de coupe associées au retrait de la viande sur leurs os. »

Les carnivores étaient dépecés pour leur fourrure et des outils en os ensuite utilisés pour transformer les fourrures en peaux — © Jacopo Niccolò Cerasoni, 2021

Selon les auteurs de l’étude, la spécialisation de ces outils suggère qu’ils font probablement partie d’une tradition plus large et plus ancienne. Pour ajouter du poids à cela, des études génétiques sur les lices des vêtements menées par d’autres scientifiques suggèrent leur apparition sur le continent africain il y a au moins 170 000 ans.

« Ces outils étaient très probablement utilisés pour l’habillement, et il est intéressant que les archives archéologiques et les preuves génétiques indiquent toutes deux une origine ancienne en Afrique », conclut la chercheuse. Il existe peut-être encore des sites inconnus en Afrique qui attendent d’être découverts avec des outils et des preuves qui pourraient éclairer davantage l’histoire de la fabrication de vêtements chez l’Homme.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de