Reconnaissable à ses grandes écailles dorsales, son souffle puissant mais surtout à son cri, Godzilla (Godjira pour les Japonais) est une créature mythique dans le milieu du cinéma Mais comment Godzilla et son cri si identifiable sont-ils nés ? Quelles sont les origines du monstre devenu citoyen japonais et ambassadeur du tourisme nippon ?

Un rival pour King Kong

Nous attendons tous avec impatience le fameux film Godzilla vs Kong, et ce, bien qu’il soit retardé de 8 mois. Mais il faut savoir que cela fait bien longtemps que les deux créatures géantes les plus rentables de l’histoire du cinéma sont rivales. En effet, le producteur Tomoyuki Tanaka était à la recherche d’un projet mettant en scène un monstre géant, et ainsi surfer sur le popularité des films comme King Kong auprès du public japonais.

En soi, ils n’ont pas été immédiatement rivaux. Mais le projet de Tomoyuki Tanaka se place en concurrent direct face à King Kong. Il faudra toutefois attendre 1962 pour voir les deux titans s’opposer dans un film : King Kong contre Godzilla. D’ailleurs, ce film a connu un grand succès à l’époque. Il marque également la première apparition de Godzilla dans un film en couleurs.

— © John Beck et Tomoyuki Tanaka – King Kong contre Godzilla (1964) / YouTube

D’ailleurs, l’inspiration du gorille géant se retrouve même dans le nom de Godzilla. En japonais, le nom Gojira (nom original de Godzilla) est la combinaison de deux mots japonais : ゴリラ (gorira, gorille) et 鯨 (くじら, kujira, baleine).

De l’hybride gorille/baleine au dinosaure

Ce n’est pas pour rien que le nom de Gojira est issu de la combinaison de ces deux mots. En effet, à l’origine le monstre devait être un être hybride entre un gorille et une baleine. Cette idée farfelue était à l’origine celle de Tomoyuki Tanaka lui-même. Mais elle a été très vite rejetée lorsqu’un artiste a réalisé un premier dessin. La créature hybride gorille/baleine paraissait trop humaine alors que Gojira est une créature préhistorique. Il fallait que le monstre semble plus ancien, plus rustique.

C’est alors que Akira Watanabe, directeur artistique, et Teizo Toshimitsu, responsable des effets spéciaux et sculpteur, prennent la décision de créer Godzilla en s’inspirant de dinosaures. Ils se basent donc sur le corps d’un T-Rex et y ajoutent des éléments propres à d’autres dinosaures. C’est ainsi que Gojira arbore des épines dorsales surdimensionnées dignes d’un stégosaure, une tête proche de celle d’un ceratosaurus. Ils s’inspirent aussi de l’iguanodon et de l’alligator pour créer le monstre que nous connaissons aujourd’hui.

Une origine liée à l’histoire du Japon

En août 1945, les villes d’Hiroshima et de Nagazaki sont bombardées par les Américains. Ce fut la première fois que la bombe atomique était utilisée. Près de 250 000 personnes sont décédées, sans compter les cas de cancers et autres effets dus aux radiations. Les survivants de ces bombardements, les Hibakusha, deviennent le symbole d’associations anti-nucléaire. Cet événement a profondément marqué le pays.

Puis en 1952, les Etats-Unis font des tests nucléaires dans le Pacifique. Une des explosions touche le bateau de pêche Lucky Dragon N°5, brûlant et irradiant les membres de son équipage. Les brûlures noires des pêcheurs restent profondément ancrées dans la conscience générale et surtout celle de Tomoyuki Tanaka. Les Japonais considèrent alors cet incident comme une troisième agression nucléaire et fait grandir le mouvement anti-nucléaire.

— Geogre R.Caron – Charles Levy / Wikimedia Commons

Gojira ou la métaphore de la destruction nucléaire

Tomoyuki Tanaka s’inpire de ces événements pour donner vie à Gojira. Sa tête évoque le champignon nucléaire et ses écailles les brûlures des pêcheurs irradiés. Gojira devient donc la métaphore de la dévastation et de la destruction nucléaire. Créature réveillée par des explosions nucléaires, Gojira subit la radioactivité qui le transforme et lui permet de cracher un faisceau lumineux et radioactif. Tout est détruit sur son passage et ceux qui ne meurent pas subissent les effets de la radioactivité.

En plus de cela, les créateurs de Gojira parsèment son corps de cicatrices chéloïdes, des sortes de boursouflures semblables à des brûlures. Ces cicatrices ont d’ailleurs une symbolique forte pour les Nippons car elles sont visibles sur le corps des survivants des explosions nucléaires. De même, les épines dorsales de Gojira, ajoutées pour que la créature possède une silhouette caractéristique, lui permettent d’absorber les radiations. Le film de 2016 Godzilla : Resurgence est d’ailleurs une critique du gouvernement japonais et de son incompétence face à la catastrophe nucléaire de Fukushima.

— Mirko Kuzmanovic / Shutterstock.com

La création d’un rugissement si reconnaissable

Gojira avait un corps. Il fallait donc lui donner une voix. Pour cela, les ingénieurs du son du film et le compositeur Akira Ifukube ont enregistré un grand nombre de cris d’animaux. Mais à chaque fois qu’ils créaient quelque chose, le résultat était beaucoup trop familier, trop connu. Ils ont même déformé le cri d’un héron au point de le rendre méconnaissable, mais le résultat n’était toujours pas satisfaisant.

Pour Akira Ifukube, les cris semblaient beaucoup trop naturels. Il voulait un son unique et terrifiant. Il eut alors l’idée d’enduire un gant en cuir de résine et de le frotter sur la corde distendue la plus basse d’une contrebasse. Ainsi est né le cri si caractéristique de Gojira. D’ailleurs, le sound designer et le monteur du film de 2014 ont été obligés de reprendre la technique d’Akira Ifukube pour recréer le rugissement de Gojira après avoir travaillé sur d’autres manières pendant 6 mois.

Evolution des cris de Godzilla de 1954 à 2019. / Youtube

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de