Ce dimanche 10 juin, France 5 a diffusé un reportage intitulé « L’olive, un ver dans le fruit ». On y découvre le secret de fabrication des olives noires. Une fois n’est pas coutume, les consommateurs sont dupés par les industriels et mangent souvent de “fausses” olives noires…

Les olives sont très appréciées en France

L’olive est un fruit (oui, puisque issu d’un arbre fruitier) particulièrement consommé en France. C’est en effet le cinquième pays consommateur d’huile d’olive dans le monde, mais aussi sous sa forme de simple fruit. Pour rappel, les olives vertes et noires sont normalement issues du même arbre. La seule différence est le temps de maturation : une olive verte est peu mûre, donc cueillie bien avant une olive noire.

Le reportage de France 5 mettait donc en avant les différentes sortes d’olives, le processus de traitement qui précède la vente et les vérifications nécessaires pour obtenir la mention AOP. Mais c’est un extrait à propos des “fausses olives noires” qui a fait polémique sur Twitter.

Des olives vertes teintées avec de la soude

Raphael Haumont, chimiste spécialiste de l’analyse moléculaire qui travaille à l’Université d’Orsay, va analyser différents bocaux d’olives noires vendus en supermarché. L’olive noire, la vraie, est très mûre. Mais plusieurs bocaux ne correspondent pas à cette description : l’olive noire est presque caoutchouteuse. Là, le chimiste explique qu’il s’agit en réalité d’olives vertes qui ont été teintées en noir.

Il explique qu’il faut utiliser différents composants, tels que de la saumure et de la soude, pour pouvoir obtenir en quelques jours des olives colorées en noir. Le but de l’opération est de pouvoir obtenir des olives “noires” très rapidement, alors que la maturation dure normalement plusieurs mois.

Lire les étiquettes des produits est primordial

Ces fausses olives noires sont autorisées à la vente, mais l’étiquette doit indiquer la mention “olives noires confites”, qui peut être mal comprise par les consommateurs. Par ailleurs, Raphael Haumont souligne la teneur en soude qui est vendue par les industriels comme bonne pour la santé, alors que la teneur en sel est justement l’un des principaux problèmes des olives commercialisées. Plus tôt dans le documentaire, une diététicienne avait expliqué que 10 olives pouvaient contenir l’équivalent du tiers de la consommation journalière en sel recommandée.

Il devient urgent de faire attention aux produits que l’on consomme pour limiter leur impact sur la santé, et cela commence par la lecture attentive de la composition des produits alimentaires.


COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de