― Elliott Cowand Jr / Shutterstock.com

Il semblerait que Netflix ne veuille plus se limiter aux petits écrans. Le géant du streaming projette de diffuser ses films originaux dans certaines salles obscures françaises du 7 au 14 décembre 2021. Cette nouvelle n’enchante visiblement pas le Syndicat des distributeurs indépendants (SDI) et le DIRE. Ces derniers s’expliquent dans un communiqué.

Ce n’est pas un secret. Depuis le début de la pandémie, les salles de cinéma sont en difficulté. Et le projet de Netflix de diffuser ses films en décembre dans des établissements classés « art et essai » a mis le feu aux poudres. Les syndicats de distributeurs DIRE (Distributeurs indépendants réunis européens) et SDI (Syndicat des distributeurs indépendants) dénoncent dans un communiqué commun « une campagne marketing de grande échelle, une bande-annonce promotionnelle géante pour inciter des spectateurs de cinéma à s’abonner à un service payant ». De son côté, l’Association du cinéma indépendant pour la diffusion (ACID) a également sorti un communiqué pour s’opposer au projet du géant du streaming. Cette dernière déclare que les productions du géant américain n’ont rien à voir avec du cinéma.

Enfin, la Fédération nationale des cinémas français (FNCF) demande au géant du petit écran de renoncer à son projet, car celui-ci ferait de l’ombre aux autres sorties en salle dans une période pendant laquelle les cinémas sont toujours en difficulté.

Pour l’instant, Netflix n’a pas fourni beaucoup de détails concernant son festival. Selon les dernières nouvelles, The Power of the Dog de Jane Campion, The Lost Daughter de Maggie Gyllenhaal, Pieces of a Woman de Kornél Mundruczó et Don’t Look Up : Déni cosmique d’Adam McKay devraient figurer parmi les films qui seront diffusés en salle en décembre prochain.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de