ESB Professional / Shutterstock.com

Les travaux concernant les bienfaits de la musique se multiplient. Une nouvelle étude suggère cette fois-ci que la musique pourrait avoir le même effet relaxant qu’un sédatif, sur un patient qui doit subir une anesthésie locale.

Musique et sédatif ont le même pouvoir relaxant

L’étude a été menée en juin par des chercheurs de l’université de Pennsylvanie. Elle suit 157 patients qui devaient subir une anesthésie locale. 80 d’entre eux ont reçu une dose d’1 à 2 mg de midazolam, un sédatif couramment administré dans ce type d’opérations. Les 77 personnes restantes ont écouté grâce à un casque anti-bruit le titre Weightless de Marconi Union. Cette musique est considérée par certains scientifiques comme la plus relaxante au monde. Les chercheurs ont alors comparé l’effet relaxant de la musique avec celui du sédatif.

Le résultat serait identique : la musique aide aussi bien à réduire l’anxiété que le sédatif. Chacun présente toutefois ses points négatifs. La musique complique la communication entre le patient et l’équipe médicale, tandis que le midazolam présente des effets secondaires non négligeables. Il est donc difficile d’estimer ce qui, sur le long terme, pourrait réellement faire la différence entre les deux techniques de relaxation. De plus, le panel est plutôt réduit. Ainsi, même si ces premiers résultats sont concluants, on ne peut affirmer que la musique peut jouer le rôle d’un sédatif. 

La musique pourrait-elle jouer un rôle dans la médecine de demain ?

C’est la première fois qu’une telle expérience permet d’attester de l’efficacité de la musique par rapport à un sédatif. Mais elle s’ajoute à une longue liste d’études qui prouvent que la musique fait du bien au corps et à l’esprit. Le dossier complet de Futura Sciences montre justement différentes expériences sur le sujet. Par exemple, la dopamine produite en écoutant du Mozart peut réduire la pression artérielle.

Néanmoins, la musique reste un domaine particulièrement vaste. Les styles de musique continuent de se multiplier et ne produisent pas le même effet. Et la sensibilité à la musique varie énormément d’une personne à l’autre : il est donc difficile d’imaginer que la musique jouera un rôle majeur dans la médecine du futur. Mais il est probable que la musicothérapie se développe et devienne une médecine alternative avec un certain succès.


COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de