5 500 salles de fitness en Europe, 60 millions de pratiquants, 27 milliards d’euros par an de chiffre d’affaires… le bodybuildeur et la « fit girl » sont devenus les nouveaux ambassadeurs de notre époque, à tel point que le muscle a fini par devenir un modèle social. Mais le culte du muscle soulève de nombreuses questions, auxquelles ce reportage produit par Arte s’efforce de répondre.

Véritable entrepreneuriat de soi, le bodybuilding pousse le sportif à sans cesse repousser ses limites pour atteindre le corps parfait. Mais ce nouveau phénomène interroge. La salle, plus rationnelle et exigeante qu’une entreprise, est-elle devenue une usine, où triment des ouvriers devenus leur propre produit ? Faut-il lire ces nouveaux corps XXL comme les reflets d’une société qui en veut toujours plus ? Et si, au final, le bodybuilding, au-delà des clichés virilistes, instaurait justement un troisième genre, où prime l’amour de soi ?

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
First
First
2 années

Tout excès est mauvais par définition.
Le problème c’est que tu te trouves gringalet et que tu t’inscris dans une boite à produire du muscle.C’est pas nouveau,avant il y avait la gymnastique et ses agrès.
Le problème c’est lorsque tu arrêtes le sport,tu deviens obèse.
Bienvenu aux US!