— Lopolo / Shutterstock.com

Le Monténégro vient de faire un vote historique : le pays autorise désormais l’union civile au sein des couples homosexuels. Cette loi ne leur accorde néanmoins toujours pas le droit à l’adoption. 

Le mercredi 1er juillet dernier, le Monténégro est entré dans l’Histoire en adoptant une loi autorisant enfin l’union civile des couples de même sexe. Cette loi a été approuvée par 42 députés sur 81 au total. Elle avait été rejetée une toute première fois en août 2019 et avait alors provoqué plusieurs manifestations de militants pour les droits des personnes LGBT+ au sein de la capitale Podgorica. De plus, elle n’avait pas été soutenue par les minorités ethniques et les élus de l’opposition avaient rejeté son vote.

Il s’agit d’une “nouvelle page de l’histoire du mouvement LGBT dans la petite république”, a fièrement rapporté la communauté homosexuelle du pays. C’est également “un immense pas en avant pour la société monténégrine. C’est un jour historique pour nous tous et pour le mouvement LGBT+ au Monténégro”, a commenté à son tour le groupe de défense des droits LGBT Forum Progres, première et plus ancienne organisation LGBT+ du Monténégro. “Honnêtement je ne m’y attendais pas. C’est vraiment extraordinaire, c’est un grand jour pour nous tous”, a de surcroît fièrement déclaré John Barac, membre de ce groupe. “Un grand pas a été fait vers l’égalité, mais la route vers l’égalité réelle est encore devant nous (…), nous poursuivons la lutte pour que tous au sein de la société soient respectés”, a aussi rapporté Jovan Ulicevic, directeur de l’association Spektra, qui regroupe des personnes transgenres.

A la suite de ce vote, Duško Marković, Premier ministre du Monténégro, l’a également qualifié de “grand pas dans la bonne direction pour la société monténégrine, sa maturité démocratique et ses processus d’intégration”. Milo Đukanović, le président, a à son tour réagi : “Le Monténégro fait désormais un pas de plus vers l’adhésion aux démocraties mondiales les plus développées. C’est une confirmation que notre société mûrit, accepte et vit les différences.” 

Si la loi accorde désormais l’union civile aux couples homosexuels, elle ne leur permet toutefois toujours pas d’adopter des enfants. Par ailleurs, la société reste largement divisée sur la question avec 45 % des citoyens se disant contre les démonstrations affectives des membres de la communauté LGBT+ au sein de l’espace public. 

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de