Monsanto continue de faire polémique suite à une révélation faite par des journalistes. Le géant a créé un listing recensant des personnalités selon leur degré de soutien à la firme. Une opération illégale qui pourrait coûter très cher à la firme déjà poursuivie outre-Atlantique.

UN CLASSEMENT EN FONCTION DE L’INFLUENCE ET DU NIVEAU DE SOUTIEN

D’après l’enquête réalisée par France 2 et Le Monde, Publicis consulting a créé cette liste à la demande de Monsanto.

La liste comprend 200 noms et coordonnées de personnalités influentes issues de divers milieux : journalistes, hommes politiques, scientifiques… Cette liste a classé les personnalités en fonction de leur influence et en fonction de leur niveau de soutien vis-à-vis du glyphosate.

UN LISTING MÉCONNU ET ILLÉGAL

Au-delà de la nature de cette liste, beaucoup d’éléments la rendent totalement illégale. Tout d’abord, elle a été réalisée sans le consentement des personnes listées. Ensuite, elle permet à Monsanto d’adapter sa communication à chaque personne, qu’elle soit listée ou non (en particulier pour les opposants au glyphosate).

Enfin, ce listing fait débat car personne ne semblait en connaître l’existence. Bayer, propriétaire de Monsanto, a avoué ne pas être au courant de ce listing. Tandis que chez Publicis consulting, le patron a confié qu’il n’était pas à la tête de l’entreprise quand le fichier a été créé.

QUE RISQUE MONSANTO ?

La loi prévoit actuellement une peine de 5 ans de prison et 300 000 euros d’amende pour ce type de délit. De plus, plusieurs rédactions dont celles de France télévisions, Le Monde ou encore Radio France ont déjà porté plainte car certains de leurs journalistes figures dans la liste controversée de la firme. Néanmoins, il faudra patienter avant de savoir si ces plaintes permettront d’amener Monsanto devant les tribunaux.

Monsanto veut utiliser cette liste pour prolonger de 15 ans l’autorisation du glyphosate

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de