— SciePro / Shutterstock.com

Une équipe de chercheurs israéliens a entrepris de caractériser les bactéries présentes à l’intérieur et autour des tumeurs pour différents cancers (mélanome, cancer du sein, des ovaires, du poumon, du pancréas, des os et du cerveau) et constaté que leur microbiote pouvait varier considérablement d’un type à l’autre.

Caractériser le microbiote des tumeurs cancéreuses

Jusqu’à récemment, la caractérisation du microbiote des tumeurs cancéreuses s’était révélée particulièrement ardue en raison de leur faible biomasse. Dans le cadre de ces travaux présentés dans la revue Science, les scientifiques de l’Institut Weizmann ont utilisé différentes techniques de pointe pour identifier et quantifier les bactéries présentes dans 1 010 échantillons de tumeurs et plus de 500 échantillons de tissus adjacents. Les échantillons ont été prélevés sur des patients dans neuf centres médicaux, et les chercheurs se sont concentrés sur 528 espèces bactériennes trouvées dans les tumeurs lors de leur analyse.

En examinant les espèces et les genres présents dans chaque type de tumeur, les chercheurs ont déterminé que les communautés bactériennes variaient d’un type de cancer et de sous-type de tumeur à l’autre, avec des microbiotes associés au cancer du sein apparaissant comme particulièrement diversifiés.

« L’exploration de plusieurs types de tumeurs avec une seule plateforme nous a permis de comparer différents types de tumeurs et de découvrir des signatures microbiennes spécifiques à chaque type de cancer », ont expliqué les auteurs, notant toutefois que « malgré une très grande variation des niveaux de taxons, certains environnements tumoraux possédaient des traits fonctionnels bactériens communs et pertinents ».

— Immersion Imagery / Shutterstock.com

Des bactéries présentes à l’intérieur des cellules immunitaires et tumorales

En s’appuyant sur l’immunohistochimie, l’hybridation in situ par fluorescence avec des sondes ciblant l’ARNr 16S, et l’anatomopathologie, l’équipe a montré que la majorité des microbes identifiés dans les échantillons de tumeurs étaient des bactéries intracellulaires nichées dans les cellules tumorales et immunitaires, une conclusion soutenue par des tests de suivi sur différents échantillons de tumeurs mammaires fraîchement prélevés.

« Nos données n’établissent pas si les bactéries intratumorales jouent un rôle causal dans le développement du cancer ou si leur présence reflète simplement des infections de tumeurs établies », ont écrit les chercheurs, qui jugent essentiel d’explorer « les effets que les bactéries intratumorales peuvent avoir sur différents phénotypes de cellules cancéreuses et sur le système immunitaire ainsi que leurs interactions avec les cellules tumorales ».

En effet, si les capacités métaboliques des bactéries dans les microbiotes associés aux tumeurs semblent offrir des indices sur les caractéristiques cliniques de la tumeur, y compris les caractéristiques liées au tabagisme pour le cancer du poumon, l’équipe a rappelé que des travaux supplémentaires seront nécessaires pour confirmer et clarifier ces interactions potentielles.

— royaltystockphoto.com / Shutterstock.com

Une découverte qui pourrait contribuer à révolutionner le dépistage et le traitement du cancer

Dans un article connexe, des chercheurs en hématologie et oncologie à l’université de Californie ont déclaré que ces résultats « soulevaient de multiples questions importantes pour les études futures », expliquant que si des recherches antérieures avaient montré que des bactéries et d’autres microbes pouvaient apparaître à la surface des tumeurs, la présence de microbes à l’intérieur de cellules tumorales avait été moins explorée, en particulier pour les cancers se déclarant dans des environnements relativement « stériles ».

« Parvenir à une compréhension complète du micro-environnement de la tumeur est une étape ardue mais néanmoins essentielle vers un modèle mécanique de la progression du cancer à l’échelle de l’organisme qui pourrait permettre le développement de la prochaine génération de méthodes de diagnostic et de thérapies de précision du cancer », ont-ils conclu.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de