Malala Yousafzai était une jeune fille qui aimait apprendre, mais on lui avait dit que les filles ne seraient plus autorisées à aller à l’école. Après avoir subi les plus terribles des épreuves, Malala n’a cependant jamais abandonné l’idée d’apprendre et d’étudier. Bien plus que cela, elle a aussi décidé de se battre pour que les autres jeunes filles ayant vécu dans des conditions similaires aux siennes puissent avoir accès à une éducation décente. Véritable héroïne du XXIe siècle, découvrons l’histoire de Malala Yousafzai.

Malala Yousafzai est une militante pakistanaise qui, alors qu’elle était adolescente, s’est exprimée publiquement contre l’interdiction des talibans d’éduquer les filles. Elle a attiré l’attention du monde entier lorsqu’elle a survécu à une tentative d’assassinat à l’âge de 15 ans. Grâce à sa lutte acharnée envers l’éducation des jeunes filles, Malala a reçu le prix Nobel de la paix en 2014 à 17 ans. À ce moment, elle est devenue la plus jeune personne à accéder à ce prix prestigieux.

Un portrait de Malala Yousafzai / Wikimedia / DFID – UK Department for International Development

Malala : un militantisme très précoce

Malala Yousafzai est née le 12 juillet 1997 dans le district de Swat, à Khyber Pakhtunkhwa, dans le nord-ouest du Pakistan, dans une famille musulmane sunnite du groupe ethnique pachtou. Elle est la fille de Toorpekai et Ziauddin Yousafzai, et a deux frères. Malala parle le pachtou, l’ourdou et l’anglais et, à l’âge de 13 ans, c’est son père qui l’a instruite, étant donné que l’homme est poète et propriétaire d’un réseau scolaire, la Khushal Public School.

Malala Yousafzai et Nasser Azam / Wikimedia

Malala a un jour déclaré à une intervieweuse qu’elle souhaitait devenir médecin, bien que son père l’ait ensuite encouragée à devenir une militante politique. Ziauddin a qualifié sa fille de quelqu’un de très spécial, et même si cela est contraire aux mœurs locales, il lui a permis de participer aux discussions politiques de la famille avec ses deux frères plus jeunes.

En 2007, la vallée de Swat, autrefois une destination de vacances, a cependant été envahie par les talibans. Sous la direction de Maulana Fazlullah, les talibans pakistanais ont commencé à imposer une loi islamique stricte, à détruire ou à fermer des écoles de filles, à interdire aux femmes tout rôle actif dans la société et à mener des attentats-suicides. Yousafzai et sa famille ont alors fui la région pour leur sécurité, mais ils sont rentrés lorsque les tensions et la violence se sont apaisées.

© Wikimédia / Southbank Centre

MALALA YOUSAFZAI EST LE PLUS JEUNE RÉCIPIENDAIRE DU PRIX NOBEL

C’est à tout juste l’âge de 11 ans que Malala Yousafzai a commencé à parler de droits à l’éducation en septembre 2008, lorsque son père l’a emmenée à Peshawar pour parler dans un club de presse local. Durant son discours qui a été diffusé dans les chaînes de télévision du Pakistan, Malala a déclaré : « Comment les talibans osent-ils me priver de mon droit fondamental à l’éducation ? » Vers la fin de 2008, les talibans ont tout de même annoncé que toutes les écoles de filles à Swat seraient toutes fermées le 15 janvier 2009.

Malala Yousafzai et Enrique Peña Nieto / Wikimedia

Si la déclaration de la jeune fille a attiré l’attention des talibans, elle a également suscité l’intérêt des journalistes américains. En fin 2008, Aamer Ahmed Khan, du site Web de la BBC, et ses collègues ont proposé un nouveau moyen de contrer l’influence croissante des talibans dans la région de Swat. Ils ont eu l’idée de créer un blog anonymement et d’inciter des étudiants locaux à écrire pour le blog afin de témoigner de ce qu’ils ont vécu. C’est le père de Malala qui a initialement correspondu avec le journaliste, mais il n’a trouvé aucun étudiant voulant participer au projet.

Finalement, Malala a décidé de tenir le blog sous le pseudonyme de Gul Makai. Elle a donc commencé à écrire régulièrement des entrées pour BBC Ourdou, et elle a produit de janvier au début mars de cette année 35 articles qui ont également été traduits en anglais. Pendant ce temps, les talibans ont fermé toutes les écoles de filles à Swat et en ont fait exploser plus d’une centaine.

LES NATIONS UNIES ONT NOMMÉ LE 12 JUILLET COMME ÉTANG LA « JOURNÉE MONDIALE DE MALALA »

En février 2009, Yousafzai a fait sa première apparition à la télévision. Elle a été interviewée par le journaliste pakistanais et animateur de talk-show Hamid Mir à l’émission télévisée Capital Talk. Toujours en 2009, le journaliste du New York Times, Adam Ellick, a travaillé avec Yousafzai pour réaliser un documentaire. Avec les apparitions à la télévision et la couverture continue de Yousafzai dans les médias locaux et internationaux, il était devenu évident dès décembre 2009 qu’elle était la jeune blogueuse de la BBC.

« Un livre, un professeur, un livre et un stylo peuvent changer le monde » © Malala Yousafzai et Kailash Satyarthi / Flickr

La tentative d’assassinat et le prix Nobel de la paix de Malala

Le 9 octobre 2012, alors que Malala, âgée de 15 ans, montait à bord d’un bus avec des amis pour rentrer chez elle à la maison, un homme armé masqué est monté dans le bus et a demandé à savoir quelle fille était Malala. Lorsque ses amis ont regardé vers Malala, son emplacement a été révélé. Le tireur lui a tiré dessus, frappant Malala du côté gauche de la tête. Deux autres filles ont également été blessées dans l’attaque.

La fusillade a laissé Malala dans un état critique. Elle a donc été transportée dans un hôpital militaire de Peshawar. Une partie de son crâne a été prélevée pour traiter son cerveau enflé. Pour recevoir des soins supplémentaires, elle a été transférée à Birmingham, en Angleterre. Une fois au Royaume-Uni, Yousafzai a été sortie du coma médicalement provoqué. Bien qu’elle ait besoin de plusieurs interventions chirurgicales, elle n’avait subi aucune lésion cérébrale majeure. En mars 2013, elle a pu commencer ses études à Birmingham.

La famille Obama et Malala Yousafzai © Obama White House Archives

MALALA A PARTAGÉ LE PRIX NOBEL DE LA PAIX DE 2014 AVEC KAILASH SATYARTHI. IL S’EST BATTU CONTRE LE TRAVAIL DES ENFANTS ET L’ESCLAVAGE EN INDE

Suite à ce malheur, Malala a repris de plus belle ces activités de militantisme. Grâce à cela, elle a reçu de nombreuses récompenses. Yousafzai a ainsi remporté en 2013 le Prix des droits de l’homme des Nations Unies. Elle a aussi été nommée parmi les personnes les plus influentes du magazine Time de 2013, et est apparue sur l’une des sept couvertures imprimées pour ce numéro. Avec la journaliste Christina Lamb, elle a coécrit un mémoire intitulé « Je suis Malala ». Et finalement, en 2014, elle est devenue la plus jeune personne à remporter la Médaille de la Liberté, décernée par le National Constitution Center de Philadelphie ; mais aussi le plus jeune lauréat du prix Nobel.

En octobre 2015, un documentaire sur la vie de Yousafzai a été publié. Le documentaire intitulé « He named me Malala » (Il m’a nommé Malala) a été réalisé par Davis Guggenheim, et offre aux téléspectateurs un aperçu intime de la vie de Malala, de sa famille, et de son engagement en faveur de l’éducation des filles dans le monde entier. En août 2017, Malala Yousafzai a tweeté qu’elle avait été acceptée à l’Université d’Oxford, où elle étudierait la philosophie, la politique et l’économie.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de