Mriya Wildlife / Shutterstock.com

Les femelles lièvres, les hases, sont capables de concevoir et avoir une nouvelle portée de levrauts alors qu’elles sont déjà enceintes. Cette superfécondité permet d’augmenter le succès reproducteur de l’espèce…

Aristote s’intéressait déjà à la capacité reproductive des femelles lièvres, notamment du fait qu’elles sont capables d’être fécondées alors qu’elles sont déjà en période de grossesse. Elles vont alors porter simultanément des foetus et une deuxième nouvelle portée d’embryons. 

Comment cela est-il possible ? La hase possède en fait deux cornes utérines séparées. Si l’une se retrouve avec des fœtus, les spermatozoïdes vont remonter à travers l’utérus et vont rejoindre l’autre oviducte pour féconder les ovocytes. De plus, chez les femelles lièvres, l’ovulation n’est pas spontanée et se produit seulement après la reproduction. Les femelles peuvent de nouveau tomber enceintes, si elles sont fécondées en fin de grossesse environ quatre jours avant la mise à bas des levrauts. 

Les chercheurs ont étudié près de 140 hases vivant en liberté ou en captivité, et ont pu constater que la superfétation, c’est-à-dire l’implantation d’une nouvelle grossesse dans un utérus qui contient déjà une grossesse en développement, concernait près de 43 % des femelles. Cela permet ainsi aux lièvres d’accroître d’environ 30 % le nombre de portées durant la saison de reproduction.

Ce mode de reproduction est assez courant chez ces animaux. Il constitue donc un avantage reproductif et évolutif par rapport au lapin, selon la chercheuse de l’étude.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Michel First Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Michel First
Invité
Michel First

Certaines femmes sont très excitées avant d’accoucher.Un rapport?(pas sexuel)