Les dragons ont beau n’être qu’un mythe, ils sont partout dans notre culture populaire. Qu’il s’agisse des dragons dans Game of Thrones, de Shenron dans Dragon Ball ou encore le célèbre jeu de société Donjons et Dragons, ces êtres mythologiques sont absolument partout. Mais pourquoi ces grosses bêtes qui semblent si effrayantes sont si populaires ?

Actuellement, tout le monde a une idée de ce à quoi pourrait ressembler un dragon. De manière générale, la bête est décrite comme un animal se rapprochant d’un croisement entre un serpent, un lézard et un dinosaure, écailleux, avec de très grosses dents, parfois des ailes, et souvent la capacité de cracher des flammes. Si les dragons sont actuellement présents dans un très grand nombre de fictions, ces êtres légendaires proviennent en fait de mythes hérités de la nuit des temps.

Les dragons ont en effet été décrits par de nombreuses cultures et ce, chacune à leur manière. Allant du monstre mythique qui a inspiré la légende telle que nous la connaissons aujourd’hui, aux animaux qui ont l’apparence d’un dragon, ainsi que des êtres mythologiques similaires, nous y verrons plus clair quant à l’omniprésence des dragons dans notre culture actuelle.

Un dragon chinois sur le toit du temple Longshan
© WikiLaurent / Creative Commons

Le célèbre dragon chinois

Les dragons apparaissent dans la mythologie de nombreuses cultures anciennes, mais nulle part ailleurs dans le monde la créature n’est aussi vénérée qu’en Chine. En Chine, contrairement à d’autres mythologies mondiales, le dragon était presque toujours vu de façon positive et était associé en particulier à des pluies vivantes et à des sources d’eau. Considéré comme le signe de l’année le plus propice, l’image du dragon a été portée sur les robes des empereurs, représentée sur les matériaux les plus précieux, des bijoux en or aux figurines en jade, et dans d’innombrables références dans la littérature et les arts de la scène.

Le dragon était omniprésent dans la Chine ancienne et se profile comme un héritage de taille dans la culture chinoise. Il existe de nombreuses histoires et légendes sur les dragons chinois et sur leur origine. Les Chinois décrivent notamment le dragon comme une créature reptilienne ressemblant à un serpent, avec les caractéristiques physiques d’autres animaux ; notamment des pattes de tigre, des bois de cerf et des serres d’aigle. Selon le mythe chinois, les dragons étaient présents lors de la création du monde, et c’est notamment la déesse Nu Kua, qui était elle-même partiellement un dragon, qui a créé la Terre et les dragons.


DANS LA CULTURE CHINOISE, LES PERSONNES AYANT RÉALISE UN ACCOMPLISSEMENT EXCEPTIONNEL SONT ASSIMILÉES A DES DRAGONS, TANDIS QUE L’INVERSE S’APPARENTE A DES VERS.

Une lanterne en forme de dragon

Nu Kua a conçu quatre piliers pour soutenir le ciel, plaçant un dragon au sommet de ceux-ci pour supporter le poids du ciel. Nu Kua a également créé l’humanité, donnant au peuple chinois un lien direct avec les dragons dès leur création. Après la création de l’humanité, les dragons ont vécu aux côtés des humains, leur offrant protection et conseils. La légende raconte que la première dynastie impériale de Chine avait du sang de dragon qui coulait dans leurs veines.

Personne ne sait avec certitude quand la légende des dragons a commencé à faire partie de la culture chinoise, mais nous savons que le symbole d’un dragon en Chine est apparu vers 5000 ans avant notre ère. Par ailleurs, dès 3000 ans avant notre ère, lorsque les anciens Chinois ont découvert des os de dinosaure, ils se sont référés à leur découverte comme étant des os de dragon. Il faut également que la légende du dragon soit assez répandue dans d’autres pays orientaux, notamment en Corée où le mythe est très similaire à celui du dragon chinois.

Contrairement au dragon asiatique, le dragon occidental possède des ailes et est vu comme une créature maléfique

Les dragons dans les autres cultures

On ne sait pas quand ni où les histoires de dragons ont émergé, mais les énormes serpents volants ont été décrits au moins dès l’âge des anciens Grecs et Sumériens. Dans les mythes orientaux et occidentaux, le dragon est le symbole du chaos, un monstre misanthrope et hostile qui effraie les humains. Comme cité précédemment, c’est essentiellement en Asie de l’Est que la créature a des attributs majoritairement positifs : apporteur de la pluie, porte-bonheur et symbole de la fertilité et du pouvoir impérial.

Au Moyen-Orient, les plus anciennes représentations de dragons ont été trouvées sur des objets datant de la période d’Uruk. La première mention écrite d’un dragon se trouve dans l’hymne du temple de Kes datant d’environ 2600 av. J.-C. Selon la culture sumérienne, ce sont des êtres hybrides qui ne sont ni des dieux ni des démons, mais appartenant à leur propre classe d’êtres surnaturels. Leurs noms et leurs gestes indiquent un lien avec le règne animal ou avec les forces de la nature. Ils ne sont pas clairement bienfaisants ou malfaisants, mais ils suscitaient très certainement la crainte. Dans l’ancienne culture sumérienne, les historiens font surtout référence aux dragons Ningishzida et Mushussu.


UNE LÉGENDE DIT QUE SI L’ON PREND UN BAIN AVEC DU SANG DE DRAGON, CELA PERMET DE VOIR LE FUTUR.

En Europe, le dragon trouve surtout ses origines dans la mythologie grecque. Dans le cas des dragons grecs, ce sont des monstres venant de la mer ou vivant dans des grottes. Ils sont souvent énormes et laids, mais ont rarement des ailes. Les dragons grecs les plus connus sont Typhon, l’Hydre de Lerne, le dieu serpent Python, Ladon et le dragon de Thèbes. Par ailleurs, le mot grec « drakon » est à l’origine du mot « dragon », mais drakon fait plus référence à un gros serpent qu’à l’image que nous avons d’un dragon. Bien évidemment, il existe d’autres histoires contant l’origine des dragons en Europe, notamment provenant de la mythologie nordique et romaine.

La fontaine du dragon à Copenhague

Il est également important de noter que les dragons sont présents dans l’histoire chrétienne. Le Moyen Âge chrétien maintient un lien fort qui unit dragon et diable. Dans les images d’exorcismes, les démons sont souvent représentés sous la forme de petits dragons qui sortent de la bouche des possédés. Des démons en forme de dragon ornent également les fonts baptismaux et les cathédrales à gargouilles gothiques. Selon la foi chrétienne, le monstre représente l’agonie des martyrs et personnifie le paganisme, le péché et l’hérésie. C’est également de l’histoire chrétienne que l’on tient l’histoire des chasseurs de dragons.

La croyance concernant les dragons était basée non seulement sur la légende, mais aussi sur des preuves tangibles, ou du moins c’est ce que les gens pensaient il y a longtemps. Pendant des millénaires, personne ne savait quoi faire des os géants parfois découverts dans le monde entier, et les dragons semblaient un choix logique pour ceux qui ne connaissaient pas les dinosaures. Par ailleurs, il existe réellement une espèce animale qui porte le nom de la bête légendaire, à savoir le dragon de Komodo.

Des représentations de dragons à Wat Huay Pla Kung en Thaïlande

Pourquoi les dragons sont si populaires ?

Si les dragons sont si populaires, c’est parce que leur mythe représente un être remarquable qui suscite à la fois beaucoup de crainte et d’admiration. Par ailleurs, le mythe du dragon a des sources très variées d’une culture à une autre. Cela permet aux différents conteurs, écrivains, peintres et tout autre type d’artiste d’exploiter au maximum tous les mystères entourant la créature de légende afin de produire des œuvres extraordinaires et particulièrement intéressantes pour le public.

Dans les pays comme la Chine, le Japon et la Corée, la popularité du dragon s’explique par le fait qu’ils sont traités comme des êtres divins et ancestraux qui font intégralement partie de la culture et de l’histoire de ces pays. Par ailleurs, dans ces pays les dragons sont des êtres qui apportent de la bénédiction et de la chance. Dans certains pays de l’Europe de l’Est, les dragons sont ainsi célébrés à travers des cultes, des festivals, et des formes d’art plus classiques et plus respectueuses que dans les pays occidentaux.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de