— Billion Photos / Shutterstock.com

Tout comme les langues, les sons varient en fonction des pays. Même si certains sons peuvent être communs, d’autres ne le sont pas. Nombre de nos faits et gestes dépendent donc des civilisations. Par exemple, éternuer est un réflexe commun à tous les hommes. Cependant, saviez-vous qu’il existe différentes manières de le prononcer ou de l’écrire en fonction des pays ?

Les sons de l’éternuement à travers le monde

« Achoo ! », « Atchoum ! », « Hatschi ! ». Pourquoi ce même réflexe corporel se produit-il sous différents sons en fonction des pays dans le monde ? Si notre fameux « atchoum » dépend de chaque langue, il n’est donc pas universel. Chaque éternuement possède sa propre onomatopée.

Voici une petit tour du monde de l’éternuement à travers quelques exemples de sons. Alors que les Anglais disent « Achoo ! » lorsqu’ils éternuent, les Allemands penchent plutôt pour un « Hatschi ! ». En Belgique c’est encore différent. En effet, vous éternuez différemment en fonction de la région où vous êtes. En Wallonie, éternuer se dira « Atchoum ! » et en Flandre, « Hatsjoe ! » ou « Hatsie ! ».

Les Portugais, quant à eux, prononcent un bref et ferme « Atchim ! ». Ce bruit a également été inscrit dans la culture populaire du Brésil avec un duo de clowns des années 1980, Atchim et Espirro. En Espagne, il n’existe pas une ni deux façons d’exprimer un éternuement mais… trois ! : « Achu ! », « Achis ! », « Achu ! ». Autre exemple surprenant : la Finlande. En finnois, il existe six manières d’éternuer : « Atshii ! », « Atshiu ! », « Atsiuh ! », « Ätshii ! », « Ätshiu ! » et « Ätsiuh ! ». Ainsi, où que vous alliez dans le monde, vous apprendrez toujours une nouvelle manière de dire « Atchoum ! ». La diversité des langues se traduit également à travers de simples sons du quotidien.

Par ailleurs, à cette variation de sons dans le monde s’ajoutent diverses manières de répondre à une personne qui vient d’éternuer. La réponse à un éternuement est souvent de nature religieuse. Alors que certains disent « Dieu vous bénisse » ou encore « Jésus », d’autres privilégieront des expressions comme « A vos souhaits », « Santé » ou bien « Richesse ». L’éternuement est donc le résultat de véritables croyances populaires.

Prononçons-nous forcément un bruit lorsque nous éternuons ?

Mais, émettons-nous forcément un son lorsque l’on éternue ? Prenons l’exemple d’une personne sourde. Avant d’éternuer, celle-ci émet une lourde respiration, puis « un son plus vif, plus rapide », comme l’explique la journaliste anglaise Charlie Swinbourne.

Selon Bencie Woll, professeure à l’University College de Londres, les bruits que nous émettons lors d’éternuements s’appellent des « sons végétatifs« . D’autres bruits, tels que ceux des rires ou même les cris des animaux, varient en fonction de chaque langue. Elle a également expliqué, dans une interview à la BBC que, lorsque « nous rions, nous nous ne faisons pas forcément « ha ha ha ». C’est juste le son qui résulte des changements que nous apportons dans la gorge. L’influence que nous avons sur nos éternuements et nos éclats de rire nous permet de les étouffer ou de les exprimer avec plus de puissance, en fonction de ce qui semble socialement approprié. »

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de