Cette adolescente schizophrène dessine ses hallucinations pour montrer au monde ce qu’elle ressent

En art, l’inspiration peut trouver son origine dans n’importe quel élément, y compris dans la maladie. Kate Fenner l’a bien compris. Cette jeune femme de 18 ans, victime de schizophrénie, transforme ses hallucinations et son ressenti face à la maladie en œuvres d’art. Une thérapie en forme de témoignage aussi puissant qu’instructif. 

Face à des problèmes de santé, de nombreuses disciplines peuvent aider les patients à surmonter la maladie, et l’art en fait partie. A travers ce processus de création, beaucoup de personnes parviennent à lutter mais aussi à transformer leur mal en quelque chose de positif. C’est le cas de Kate Fenner, une jeune femme de 18 ans qui souffre de schizophrénie.

La maladie de la jeune femme a officiellement été diagnostiquée quand elle avait 17 ans. Et celle-ci se manifeste notamment via des hallucinations visuelles et auditives. Cependant, Kate a choisi de faire de ces éléments une source d’inspiration pour ses dessins. La jeune femme les met donc sur papier et souvent en couleur. Autant de dessins qui font l’effet d’une thérapie sur Kate et qui lui permettent d’apprendre à vivre avec la maladie mais aussi à lui faire face.

Parmi ses créations à la fois sombres mais puissantes, deux grandes catégories d’œuvres ressortent. Il y a tout d’abord les dessins qui sont des représentations exactes de ses hallucinations. Souvent composées de visages, elles témoignent de ce qu’endure la jeune fille au quotidien. Et il y a également sa série de dessins mettant en scène des mouches. Ce petit animal qu’elle accompagne toujours d’une phrase incarne quant à lui la dépression dont elle souffre et son impact sur l’estime de soi.

Qu’elle se « sente sans valeur, comme une mouche » ou observée par des dizaines de visages, les œuvres de Kate sont une véritable leçon de vie et d’inspiration. En quelques coups de crayons et de pinceaux, elle nous offre un témoignage fort des effets de la schizophrénie sur le corps mais ils montrent également que la maladie n’est pas une fatalité et que de ce trouble peut naître de belles choses. Pour en apprendre un peu plus sur Kate et sur son travail, n’hésitez pas à vous rendre sur son compte Instagram où elle poste régulièrement de nouvelles créations.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux