— KOHUKU/Shutterstock.com

Depuis 1999, l’hymne officiel et national du Japon est « Kimi ga yo« , autrement dit « Votre règne« . Ce poème est un waka, un ancien style poétique japonais de l’époque de Heian (794-1185). Il est adressé à l’empereur du Japon. Mais saviez-vous que cet hymne ne comporte que quatre lignes, ce qui fait de lui le plus court au monde ?

Le Kimi ga yo est un poème de la forme tanka, c’est-à-dire un poème sans rimes. Il s’agit du plus ancien mais également du plus court du monde, suivi des hymnes de la Jordanie et de Saint-Marin. Extrait d’une anthologie de poésie du IXe siècle, son auteur est inconnu. À partir du XIe siècle, il devient une proclamation solennelle pour l’empereur du Japon. Il est alors traduit par « longue vie à l’empereur ; gloire à son règne« . Il n’est devenu officiellement l’hymne national japonais que le 29 juin 1999, alors que le Hinomaru devenait également le drapeau officiel.

Les paroles de Kimi ga yo ont été découvertes dans le recueil de poèmes du Kokin wakashu, qui demeure anonyme. À la fin des années 1860, John William Fenton, chef d’orchestre militaire, suggéra à Ōyama Iwao, officier, de choisir un nouvel hymne national pour le pays. Il décida alors de choisir ces paroles. La première mélodie proposée fut immédiatement refusée par manque de solennité. La seconde a été composée par Hayashi Hiromori, compositeur japonais, et est jouée pour la première fois à l’occasion de l’anniversaire de l’empereur Meiji, le 3 novembre 1880. Après la Seconde Guerre mondiale, il est interdit dans tout le Japon, mais est autorisé à nouveau en 1952 à la fin de l’occupation. À partir de 1958, le ministère de l’Éducation oblige les enseignants de le faire chanter lors des cérémonies scolaires.

À l’occasion de la reconnaissance officielle de l’hymne national japonais en 1999, le Premier ministre Keizō Obuchi a expliqué le sens que l’on peut lui donner : « Le kimi auquel s’adresse le Kimi ga yo, dans le cadre de la constitution actuelle du Japon, désigne l’empereur, qui est le symbole de l’État et de l’unité du peuple, qui tient sa position de la volonté du peuple en qui réside le pouvoir souverain ; dans son ensemble, Kimi ga yo dépeint l’appartenance à notre pays, dont l’empereur – qui tient sa position de la volonté du peuple en qui réside la volonté souveraine – est le symbole, et l’unité du peuple ; il est correct d’interpréter les paroles de l’hymne comme une prière pour la prospérité et la paix durable de notre pays.« 

Voici les paroles du Kimi ga yo :

« Puisse votre règne durer mille ans,

Pour huit-mille générations,

Jusqu’à ce que les pierres

Deviennent roches recouvertes de mousse« 

Nous vous proposons également ci-dessous de découvrir la partition de cet hymne et une vidéo qui vous permettra de l’écouter.

— Sakurambo / Wikimedia Commons

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de