— Explode / Shutterstock.com

Une équipe de chercheurs suisses a réalisé une percée majeure dans le traitement de la paraplégie, avec la mise au point d’implants rachidiens offrant à leurs porteurs un gain d’autonomie sans précédent.

Une importante percée

Présenté dans la revue Nature Medicine, le nouveau dispositif implique des implants rachidiens contrôlés par une intelligence artificielle utilisant la stimulation électrique pour moduler l’activité des neurones actionnant les muscles du tronc et des jambes. Les différents types de signaux (correspondant à des mouvements spécifiques) sont transmis à l’aide d’un stimulateur cardiaque implanté au niveau de l’abdomen des patients et relié à une tablette.

« Nos algorithmes de stimulation imitent la nature », explique Grégoire Courtine, chercheur à l’École polytechnique fédérale de Lausanne et auteur principal de l’étude. « Ces implants souples sont conçus pour être placés sous les vertèbres, directement sur la moelle épinière. Ils vont activer des groupes de neurones spécifiques comme le ferait normalement le cerveau. »

Jusqu’à présent, trois paraplégiques atteints de paralysie sensorimotrice complète ont testé avec succès le dispositif dans le cadre d’un essai clinique en cours. En une seule journée, les implants contrôlés par les programmes de stimulation ont permis aux participants de se tenir debout, de marcher, de faire du vélo, de nager et de contrôler les mouvements de leur tronc.

« C’est grâce aux programmes de stimulation spécifiques que nous avons écrits pour chaque type d’activité », précise Courtine. « Les patients peuvent sélectionner l’activité souhaitée via l’application installée sur la tablette, et les protocoles correspondants sont relayés au stimulateur cardiaque. »

Des progrès spectaculaires

Si les progrès réalisés par ces patients en une seule journée étaient impressionnants, ceux observés au bout de quelques mois le sont encore plus. Après avoir suivi un régime d’entraînement basé sur les programmes de stimulation, les trois paraplégiques ont regagné de la masse musculaire, et peuvent désormais se tenir debout pendant deux heures et marcher un kilomètre sans s’arrêter.

« De tels résultats mettent en évidence les bénéfices de notre approche », soulignent les auteurs de l’étude. « Nous travaillons actuellement avec la société ONWARD Medical afin de transformer nos découvertes en véritables traitements susceptibles d’améliorer la vie de milliers de personnes dans le monde. »

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments