— © ESA / Gaia / DPAC

Après plusieurs semaines de réglages minutieux, le télescope spatial James-Webb (JWST) a enfin pu prendre sa première image focalisée, et les résultats obtenus suggèrent qu’il pourrait dépasser ses objectifs scientifiques initiaux.

Une étape importante

Lancé le 25 décembre 2021, le JWST intègre 18 grands miroirs dorés recueillant toute la lumière provenant de sources cosmiques et la concentrant sur son capteur d’image principal. Cependant, suite à son déploiement, tous ces dispositifs étaient orientés dans des directions légèrement différentes, et il fallait donc les aligner pour qu’ils puissent se concentrer sur le même objet.

À l’issue de cette procédure complexe, les chercheurs ont pointé le télescope sur l’étoile 2MASS J17554042+6551277 et obtenu l’image infrarouge la plus détaillée jamais capturée depuis l’espace (visible ci-dessus). Au-delà de la confirmation du bon fonctionnement du télescope, ce cliché constitue également une démonstration claire de ses capacités.

Décrit comme cent fois plus sensible que son prédécesseur Hubble, le JWST a la particularité d’opérer dans le proche infrarouge, impliquant qu’il puisse imager des galaxies bien plus lointaines que toutes celles ayant pu être observées jusqu’à présent.

Vue d’artiste du télescope spatial James-Webb — © NASA

« Il est capable de capter la lumière des étoiles de lointaines galaxies s’étant décalée vers l’infrarouge, ce qui signifie que nous pourrons littéralement remonter le temps, lorsque l’Univers était plus jeune, pour mieux comprendre comment les premières galaxies se sont formées et ont grandi », explique Rebecca Allen, de l’université de technologie Swinburne, en Australie.

Des images à pleine résolution pour mi-2022

Pour l’équipe exploitant le JWST, la prochaine étape consistera à aligner ses miroirs pour d’autres instruments, incluant différents spectrographes. Si tout se passe bien, les premières images à pleine résolution et données scientifiques du télescope commenceront à être publiées au milieu de l’année 2022.

À noter que le 18 février dernier, l’observatoire spatial Gaia de l’Agence spatiale européenne a eu l’occasion de photographier le télescope James-Webb, se trouvant alors à une distance d’environ 1 million de kilomètres. En raison de son imposant pare-soleil, bloquant la majeure partie de la lumière réfléchie, ce dernier n’apparaît que comme une faible tache de lumière dans la partie gauche de l’image ci-dessous.

— © ESA / Gaia / DPAC
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
louis
louis
8 mois

hooo! un telescope qui prend des étoiles quelle surpris e! mdr !

SALMON
SALMON
8 mois

c est fantastique ….Voila un immense progres…qui réconforte…..dans les capacités humaines…