Le smartphone ou téléphone intelligent est un téléphone mobile disposant généralement d’un écran tactile, de fonctions d’assistant personnel et d’un appareil photo numérique. Si cet appareil est aujourd’hui un objet courant et accessible à presque tout le monde, il faut savoir que c’était un dispositif relevant de la science-fiction il y a plusieurs décennies. L’IBM Simon était notamment le tout premier smartphone de l’Histoire. Étant créé en 1992, ce dernier était considéré comme un vrai petit bijou technologique à l’époque.

Le premier smartphone de l’Histoire © Wikimedia /
Bcos47

L’histoire de l’IBM Simon

En 1992, la société International Business Machines Corporation (IBM) a présenté un prototype de téléphone portable nommé « Angler » au COMDEX, un salon informatique se tenant chaque année à Las Vegas, remplacé depuis par le CES. L’appareil a tout de suite attiré l’attention des dirigeants de BellSouth. Les deux entreprises ont alors collaboré pendant deux ans et le téléphone a été lancé sur le marché le 16 août 1994. En revanche, il a été présenté en tant que « communicateur personnel » puisque le terme « smartphone » n’est apparu qu’en 1995.

LE TERME « SMARTPHONE » N’A ÉTÉ INVENTÉ QU’EN 1995

Le nom du communicateur personnel a été tiré du jeu « Jacques a dit » dont la version anglophone est « Simon says ». Les créateurs du produit voulaient notamment proposer un téléphone pouvant exécuter tous les désirs de son propriétaire, à l’image de ce jeu pour enfants. Malheureusement, il n’a pas eu le succès attendu et s’est vite fait oublier par les consommateurs. Le téléphone intelligent a néanmoins reçu une place parmi les objets historiques du musée des Sciences de Londres.    

Les spécifications du smartphone

L’IBM Simon était doté d’un écran tactile LCD monochrome de 4,7 pouces, avec une définition de 160 x 293 pixels. Il mesure 20 x 6,4 x 3,8 centimètres et pèse 510 grammes. Étant particulièrement en avance sur son époque, le téléphone proposait de nombreuses fonctionnalités dont un carnet d’adresses, un traitement de texte basique et un service de messagerie électronique, des jeux, un bouton d’appel d’urgence 911, un rappel du dernier numéro, un organiseur au niveau du calendrier et une préférence d’itinérance.

Le téléphone exposé au musée © Wikimedia / Michael Hicks

L’appareil fonctionnait avec un modeste processeur Vadem de 16 MHz, 1 Mo de mémoire vive et à peine 1 Mo de stockage interne. Il comportait également un emplacement PCMCIA, ce qui permettait aux utilisateurs de télécharger d’autres fonctionnalités dont une fonction de pagination nationale. En outre, il était également possible d’installer des applications additionnelles telles que des jeux, des cartographies ou encore des feuilles de calcul sur le combiné. Ces dernières pouvaient être développées par n’importe quel éditeur de logiciels.

Le téléphone ne s’est pas bien vendu

Le téléphone commercialisé par IBM en 1994 était le tout premier appareil à assembler des éléments d’un Assistant numérique personnel (PDA) avec ceux de la technologie mobile. Même si c’était un produit révolutionnaire, les consommateurs ne s’y intéressaient pas vraiment à l’époque. En six mois, la firme a notamment vendu 50 000 unités, ce qui n’était visiblement pas suffisant pour continuer la production du produit.

L’évolution du téléphone © Wikimedia /
Jojhnjoy

L’échec commercial du Simon était en grande partie dû à son prix élevé : il était notamment vendu à 899 dollars, soit environ 673 euros avec un abonnement de 24 mois et à 1 099 dollars sans abonnement. Or, aucun téléphone n’était encore vendu à ce prix dans les années 90. En outre, personne ne trouvait l’intérêt d’utiliser un téléphone autrement que pour passer et recevoir des appels à l’époque, alors qu’aujourd’hui, un bon nombre de consommateurs est prêt à payer bien plus pour se procurer un smartphone performant.

IBM : un géant historique de l’informatique

Également surnommé Big Blue, IBM est un géant historique de l’informatique. Créée en 1911 par Charles Flint, la firme était tout d’abord nommée Computing-Tabulating-Recording Company. Née de la fusion entre plusieurs entreprises américaines, notamment Tabulating Machine Company, Computing Scale Company of America et International Time Recording Company, ce n’est qu’en 1924 qu’elle a adopté le nom IBM.

IBM DÉTIENT LE RECORD DU PLUS GRAND NOMBRE DE BREVETS DÉPOSÉS AUX ÉTATS-UNIS

L’entreprise a apporté plusieurs innovations dans le domaine de l’informatique. En 1944, elle a lancé l’Harvard Makr, qui était considéré comme le tout premier ordinateur numérique ; en 1955, elle a inventé le terme « ordinateur » en tant que traduction française du mot anglais « computer » ; en 1957, elle a lancé le langage de programmation Fortran et le disque dur ; en 1964, elle a créé le système d’exploitation OS/360 ; et en 1981, elle a lancé l’IMB PC 5150, le premier ordinateur personnel à être vendu à plusieurs millions d’exemplaires.

Le logo de l’entreprise IBM © Wikipedia / Paul Rand

Dans les années 1970 et 1980, elle était également la première capitalisation boursière au monde. En 2014, elle annonçait un investissement à hauteur de trois milliards de dollars pour développer les premiers processeurs gravés en 7 nanomètres et pour trouver des alternatives au silicium. Aujourd’hui, IBM est toujours un acteur important dans le domaine de l’informatique, avec environ 400 000 employés et plusieurs centaines de milliards de dollars de capitalisation. La firme est également particulièrement connue pour ses nombreux brevets déposés aux États-Unis.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de