― Pe3k/Shutterstock.com

Il y a quelques mois, Donald Trump signait un décret interdisant aux entreprises de télécommunications américaines de faire affaire avec Huawei. Ainsi, le fabricant de smartphones chinois a dû trouver de nouveaux fournisseurs dans un temps record. La semaine prochaine, il lancera le Mate 30 Pro sur le marché français. Et selon les analystes, le téléphone serait dépourvu du moindre composant américain. Un exploit qui prouve une fois de plus la valeur de la marque.

Des composants 0 % américains

En démontant le Huawei Mate 30 Pro, les analystes de Fomalhaut Techno Solutions et d’UBS ont pu constater que plus aucun composant américain n’équipait le téléphone. Les anciennes puces de gestion de l’alimentation fournies par ON Semi-conductor (Arizona) ont été remplacées par des composantes fournies par MediaTek (Taïwan). Les convertisseurs audio de Cirrus Logic (Austin, Texas) ont été remplacés par ceux de NXP (Pays-Bas). Les commutateurs d’antennes de Skyworks (Massachusetts) et Qorvo (Caroline du Nord) ont été troqués par des équivalents de Murata (Japon).

La firme a également trouvé sa propre solution pour la 5G. Cependant, elle ne serait pas contre une nouvelle collaboration avec les Américains. « Toute notre 5G est indépendante des États-Unis, assure John Suffolk, directeur du service cybersécurité de Huawei. Nous aimerions continuer à travailler avec les Américains. C’est bénéfique pour les États-Unis, c’est bénéfique pour nous. Mais ce n’est pas à nous de décider. »

Un problème de production ?

Ainsi, Huawei serait toujours partant pour travailler avec les Américains. Même si la firme chinoise a prouvé qu’elle était tout à fait capable de développer un téléphone haut de gamme sans le moindre composant américain, ce sera probablement plus difficile pour elle d’introduire ce nouveau produit sur le marché international. En outre, la firme chinoise risque de rencontrer certains problèmes du côté de la production. Elle aura notamment du mal à assurer des volumes de production aussi importants qu’auparavant sans le soutien des États-Unis.

Il y a quelques jours, l’administration américaine annonçait que certaines entreprises spécialisées dans les semi-conducteurs étaient de nouveau autorisées à travailler avec la firme chinoise. Ainsi, Huawei saisira-t-il cette chance étant donné qu’il déclarait récemment que l’ensemble des investissements qu’il réservait aux entreprises américaines serait désormais destiné à développer des équivalents sur le marché asiatique.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de