Pour ses photographies de paysages, Gustav recherche trois éléments majeurs : la grandeur, le cadre et surtout le calme. Le silence est d’ailleurs le thème central de deux de ses séries, PERAT et PERSPE. Car même s’il place une présence humaine dans ces paysages désertiques, l’Homme ne parvient pas à troubler le silence. Il ne peut qu’être contemplatif voire dévoré par ce calme.

« Ce silence n’est pas perturbé par la présence de la figure humaine, qui est placée dans ces paysages comme une tentative de présenter un élément familier et saisissable. Mais l’effet est bien au contraire : la figure humaine n’est pas rassurante mais échappe à la raison en suscitant un sentiment d’absurdité et d’impuissance. »

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par GUSTAV WILLEIT (@sangu) le

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par GUSTAV WILLEIT (@sangu) le

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par GUSTAV WILLEIT (@sangu) le

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par GUSTAV WILLEIT (@sangu) le

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par GUSTAV WILLEIT (@sangu) le

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par GUSTAV WILLEIT (@sangu) le

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par GUSTAV WILLEIT (@sangu) le

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par GUSTAV WILLEIT (@sangu) le

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de