Le premier burger à base d’insectes bientôt en vente en Suisse

Un hamburger aux insectes, ça vous dit ? C’est bien ce que va proposer la chaîne de magasins Coop à ses fidèles clients suisses dès la fin du mois d’août. Depuis déjà quelques années, la nourriture à base d’insectes se propage dans les pays occidentaux et son avantage écologique en fait une denrée à ne plus négliger. La Suisse ouvre le bal, et nous ferions bien de suivre l’exemple. 

Des hamburgers aux insectes en Suisse  

La chaîne de magasin Coop a annoncé dans un communiqué qu’elle débutera la commercialisation de hamburgers et de boulettes de viande, avec au moins 31% de vers de farine. Une première pour cette enseigne qui compte bien élargir la vente à d’autres magasins. Pour l’instant, ces repas goûteux seront mis en vente dans les magasins de Genève, Bâle, Winterthur, Lugano, Berne, Lausanne et Zurich dès le 21 août.

En Suisse, les législations sont bien plus souples que dans les pays européens. La Suisse est le premier pays d’Europe à avoir autorisé la consommation de sauterelles ou criquets migrateurs, de grillons et de vers de farine, seulement ceux issus de la quatrième génération et produits dans des élevages suisses.

 

A quand des hamburgers aux insectes en France ? 

Les hamburgers aux insectes ? Une recette qui passe mal en France. Croyez-le ou non, les hamburgers aux insectes ont déjà été commercialisés en France par l’entreprise Speed Burger en édition « très limitée » à l’occasion de Halloween. Une démarche qui peut faire sourire, mais qui n’a pas fait plaisir à la répression des fraudes. En effet, la réglementation européenne interdit la commercialisation de ces aliments même si en France, certains insectes comestibles sont en vente.

Des criquets dans une assiette

La vente d’insectes en France reste très encadrée. Start-up et fermes d’élevage poussent un peu partout dans l’hexagone mais se confrontent à une législation ambiguë. Ces dernières se voient souvent obligées de se délocaliser, à jouer sur les mots parfois flous des législations européennes ou à obtenir une autorisation auprès de l’agence sanitaire nationale, une procédure souvent longue. La loi européenne « novel food » a cependant été actualisée en 2015 mais ne sera appliquée qu’en 2018. Un premier pas vers l’ouverture d’un véritable marché des insectes comestibles pour enfin démocratiser cette denrée qui apparaît aujourd’hui comme un substitue écologique.

 

Pourquoi les insectes comestibles méritent-ils plus d’attention ? 

On pourrait trouver cela rebutant ou de très mauvais goût, quoiqu’il en soit, les insectes comestibles sont la nouvelle clé de l’alimentation. En effet, ces derniers ont des qualités nutritives indéniables. Véritables sources de protéines (autant que la viande et le poisson), ils contiennent également des vitamines, des minéraux essentiels et des acides gras insaturés. Ils répondent donc aux besoins nutritionnels modernes.

Une assiette de pâtes aux criquets

En terme d’écologie, les insectes comestibles permettent d’économiser les ressources naturelles : leur élevage peut être parfaitement durable. Ils demandent très peu d’eau et de nourriture, et n’émettent que très peu de gaz à effet de serre pour une quantité très importante de nourriture dédiée à l’Homme.

Enfin, le goût de ces petites créatures n’est en rien écœurant, bien au contraire. Les criquets pèlerins rappelle le poulet. Le goût des vers de farine est proche de celui de la noix. En somme, des multitudes de saveurs restent à découvrir grâce à ces délicieuses denrées.

Un repas d’insectes comestibles

Roland Frefel, le responsable des Produits frais chez Coop, explique qu’ «en ajoutant certaines variétés d’insectes à la liste des ingrédients de certains produits transformés, l’entreprise mise sur une industrie alimentaire moderne et tournée vers l’avenir et crée dès le début une offre adaptée qui permet aux clients de découvrir un nouveau monde de saveurs.». Un goût d’innovation et de transition qui, on l’espère, inspirera le monde.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux