Particulièrement meurtrière cette année, l’épidémie de grippe ne cesse de s’intensifier en France métropolitaine. Ces derniers jours, tous les indicateurs de l’activité grippale sont en hausse alors que l’efficacité du vaccin 2019 est considérée comme faible à modérée.

 

La grippe a déjà causé plus de 1 000 décès en France

Après s’être généralisée à l’ensemble des régions il y a une semaine, l’épidémie de grippe continue de s’intensifier sur le territoire français. Selon les chiffres de l’Agence sanitaire Santé publique France (SpF), celle-ci a déjà causé environ 1 100 décès, tous âges confondus, depuis le début de la surveillance, et tous les indicateurs de l’activité grippale (consultations chez les médecins généralistes, admissions aux urgences, hospitalisations…) connaissent actuellement une forte hausse.

Sur les 12 000 patients s’étant présentés aux urgences la semaine passée, 1 823 ont dû être hospitalisés (soit une hausse de 70 % par rapport à la semaine précédente). Ces hospitalisations concernent principalement les personnes âgées de 75 ans ou plus (43 %) et les enfants de mois de 5 ans (15 %). En « très forte augmentation » selon la SpF, la part des hospitalisations pour grippe ou syndrome grippal est passée de 18 pour 1 000 à 30 pour 1 000 en l’espace d’une semaine.

 

L’efficacité du nouveau vaccin considérée comme faible à modérée

Depuis novembre 2018, 630 cas graves de grippe admis en réanimation ont été enregistrés en France, dont 139 la semaine dernière. Parmi eux, 48 décès ont été constatés, en particulier chez les personnes de 65 ans et plus. Sur les quelques 10 000 établissements pour personnes âgées que compte la France métropolitaine, 160 foyers d’infections respiratoires aigües ont été attribués à la grippe, tandis que le taux de consultations pour syndrome grippal a atteint 536 pour 100 000 habitants (soit + 47 % par rapport à la semaine dernière).

L’agence sanitaire Santé publique France estime que l’efficacité de la vaccination en médecin de ville est « modérée » (59 %) contre le virus A (H1N1) et « faible » (19 %) contre le virus A (H3N2) chez l’ensemble des personnes à risque. Les résultats préliminaires obtenus proviennent du réseau Sentinelles, qui « produit une estimation de l’efficacité du vaccin à éviter une infection grippale conduisant à une consultation chez un généraliste ». Ces estimations seront affinées dans les prochaines semaines.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de